1 min de lecture Inde

Coronavirus en Inde : "Nous sommes en zone de guerre", alerte un habitant de New Delhi

"Les gens sont en chasse, il n'y a pas de médicament, pas d'hôpitaux, pas d'oxygène, c'est pire qu'une guerre", témoigne un commerçant de la capitale indienne.

Thomas Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Coronavirus en Inde : "Nous sommes en zone de guerre", alerte un habitant de New Delhi Crédit Image : Sajjad HUSSAIN / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
micro générique
La rédaction de RTL édité par Marie Gingault

Le variant indien inquiète de plus en plus. Ainsi, pour lutter contre cette nouvelle souche du coronavirus, le gouvernement français a annoncé que les voyageurs en provenance d'Inde devront s'isoler dix jours à leur arrivée en France. 

Et pour cause, cette nouvelle souche qualifiée de "double mutant" inquiète les pays du monde entier. En Inde, la situation est hors de contrôle avec 2.000 décès quotidiens et près de 300.000 nouveaux cas recensés mardi 20 avril. À New Delhi, le virus n'épargne plus personne, il touche l'entourage de chacun de ses habitants désemparés face à un système de santé au bord de l'effondrement. 

"Les gens sont en chasse, il n'y a pas de médicaments, pas d'hôpitaux, pas d'oxygène, c'est pire qu'une guerre", alerte un commerçant de la capitale indienne. "Nous sommes ici en zone de guerre", martèle-t-il. Les messages d'appel à l'aide de familles malades se multiplient sur les réseaux sociaux. 

Je sais que j'aurais pu sauver des vies s'il y avait de l'oxygène et des lits

Un médecin de New Delhi
Partager la citation

Même les médecins sont complètement démunis : "Même moi je ne peux pas trouver un lit pour mes patients, ils sont en ce moment devant les hôpitaux à bout de souffle et je ne peux rien faire. Je n'ai pas dormi depuis des jours, je sais que j'aurais pu sauver des vies s'il y avait de l'oxygène et des lits", déplore ce docteur.

À lire aussi
épidémie
JO de Tokyo : une annulation est-elle possible ?

New Delhi s'est confinée lundi soir pour une semaine, dans l'espoir de ralentir la progression du virus et de déployer en urgence des infrastructures supplémentaires. Le gouvernement indien, lui, est sous le feu des critiques pour avoir baissé la garde et autorisé ces dernières semaines des rassemblements politiques et religieux. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Inde Épidémie Virus
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants