2 min de lecture Donald Trump

Coronavirus aux États-Unis : pourquoi Trump veut un vaccin d'ici octobre

Le président américain fait face à une difficile campagne de réélection et une course aux vaccins avec la Russie.

Donald Trump, le 21 juillet 2020
Donald Trump, le 21 juillet 2020 Crédit : JIM WATSON / AFP
Victor
Victor Goury-Laffont Journaliste

Donald Trump veut obtenir un vaccin contre le coronavirus à la "vitesse de l'éclair". Le président américain a lancé, dès le mois d'avril, l'opération "Warp Speed", avec pour objectif le développement d'un vaccin d'ici le mois d'octobre 2020. En temps normal, ceci prend entre 1 an et 1 an et demi, ont prévenu les conseillers médicaux de la Maison Blanche.

Pour le président américain, la découverte d'un vaccin, ou au moins une avancée significative dans la recherche, serait un atout énorme pour sa campagne de réélection. Pour l'heure, Donald Trump est donné largement perdant dans les sondages, et est loin d'être favori pour le scrutin du 3 novembre face à Joe Biden. Sa gestion de la crise du coronavirus, qui a tué plus de 150.000 Américains, est largement critiquée.

À l'enjeu national s'ajoute désormais une concurrence internationale. Les États-Unis sont engagés dans une course aux vaccins avec la Russie. L'État de Vladimir Poutine a lui aussi fait le choix d'accélérer les procédures. Son ministre de la Santé, Mikhail Murashko, a révélé qu'il préparait une campagne de vaccination de masse pour le mois d'octobre

Il a assuré que les essais avaient été menés à bout, ce dont semble douter le docteur Fauci, en charge de la réponse au coronavirus aux États-Unis. Celui-ci a dit "espérer" que le vaccin avait réellement était testé.

Une accélération dangereuse ?

À lire aussi
Joe Biden, lors d'un discours le 4 septembre 2020, à Wilmington, Delaware. Présidentielle américaine
Présidentielle américaine : Trump veut que Biden passe un test antidopage pour leur débat

Cette volonté d'aller au plus vite ne rassure pas certains membres du milieu scientifique. Dans Politico, le professeur de microbiologie parle d'une potentielle "erreur catastrophique" si le vaccin n'est pas adéquatement mis à l'épreuve. 

"Beaucoup de personnes au sein du processus ont peur que l'administration sorte deux ou trois vaccins et dise 'on les a testés sur quelques milliers de personnes, ça a l'air sécuritaire, maintenant on les déploie'", craint le docteur Paul Offit, membre du conseil sur les vaccins de la Food and Drug Adminsitration dans les colonnes du New York Times

Les scientifiques ne sont pas les seuls inquiets : la population américaine se méfie elle aussi d'un vaccin obtenu dans la précipitation. Dans un sondage paru le 29 juillet, seules 27% des personnes interrogées comptent être "parmi les premiers" à se faire vacciner. 64% d'entre elles souhaitent "que les États-Unis priorisent l'examen complet d'un vaccin contre le coronavirus, même si cela implique de repousser sa disponibilité".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Donald Trump États-Unis Coronavirus États-Unis
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants