1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Colombie : comment se déroule l'opération de désarmement des Farc
1 min de lecture

Colombie : comment se déroule l'opération de désarmement des Farc

REPORTAGE - Après la signature de l'accord de paix fin 2016, 6.000 guérilleros des Farc doivent rendre les armes d'ici juin.

La poignée de mains entre le président colombien Juan Manuel Santos et le chef des Farc, Timoleon Jimenez, le 23 septembre 2015 à la Havane
La poignée de mains entre le président colombien Juan Manuel Santos et le chef des Farc, Timoleon Jimenez, le 23 septembre 2015 à la Havane
Crédit : AFP
Colombie : comment se déroule l'opération de désarmement des Farc
03:30
Christophe Decroix & Ludovic Galtier

La guerre civile entre les Forces armées révolutionnaires colombiennes (Farc) et le gouvernement de Bogotta, en Colombie, a fait 260.000 morts et 60.000 disparus pendant presque un demi-siècle. Péniblement, des accords de paix ont finalement été signés à l'automne dernier, ce qui a valu le prix Nobel de la paix à Juan Manuel Santos, le président colombien. Reste maintenant à appliquer sur le terrain les accords signés sur le papier, à savoir le désarmement des Farc. Cette application passe par 26 camps de démobilisation, à l'image de celui situé dans la région montagneuse du Cauca.

Dans ces structures, quelque 6.000 guérilleros des Farc doivent rendre les armes d'ici le mois de juin. Commence dans le même temps un travail titanesque. Après plus de 50 ans de guerre civile entre guérilla paysanne marxiste, groupe paramilitaire d'extrême droite, et forces de l'ordre, le pays est un véritable champ de mine : c'est "le deuxième pays miné au monde après l'Afghanistan", selon Handicap international.

Ces mines ont déjà fait plus de 11.000 victimes, mais en réalité bon nombre n'ont jamais été recensées. C'est un frein au développement de l'agriculture et une entrave à la réinsertion des guérilleros dans la vie civile. Et ce n'est pas la seule difficulté : il y a aussi la réintégration socio-économique et la sécurité.

Il faut ajouter à cela le fait que certains guérilleros sont dans la jungle depuis 30 ou 40 ans. Certains y sont nés et ne savent rien d'une vie normale. Autre inquiétude depuis l'entrée en vigueur de l'accord de paix : des groupes paramilitaires poursuivent leurs assassinats. La paix est signée, mais il faudra sans doute des années pour la consolider.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/