3 min de lecture International

Colombie : un attentat à la voiture piégée à Bogota fait 21 morts

L'attaque a fait 21 morts et 68 blessés. L'auteur de l'attentat ferait partie de l'Armée de libération nationale (ELN), une des dernières guérillas du pays.

000_1CC1NX
000_1CC1NX Crédit : JUAN BARRETO / AFP
Leia Hoarau
Leia Hoarau
et AFP

Un attentat à la voiture piégée a fait 21 morts et 68 blessés, jeudi 17 janvier, à Bogota, soit le plus meurtrier en près de seize ans dans la capitale d'une Colombie peinant à mettre fin à plus d'un demi-siècle de guerre interne. Selon le ministère de la Défense, l'explosion est survenue à l'issue d'une cérémonie de promotion de jeunes officiers.

L'auteur de l'attentat a été identifié comme José Aldemar Rojas Rodriguez. Il est entré à 9h30 (15h30 heure de Paris) dans l'enceinte de l'École des officiers Général Francisco de Paula Santander, dans le sud de Bogota, au volant d'une camionnette grise chargée de 80 kilos de pentolite, un puissant explosif, selon le procureur général Nestor Humberto Martinez.

Une source du Parquet a confirmé que cet homme de nationalité colombienne était mort dans l'attentat. Mais les autorités n'ont pas précisé s'il était lié à l'un des groupes armés illégaux qui opèrent encore en Colombie, notamment dans le narco-trafic, depuis la paix signée avec l'ex-rébellion Farc en 2016.

À lire aussi
Les supporters nantais ont rendu hommage à Emiliano Sala faits divers
Mort d'Emiliano Sala : où en sont les recherches du pilote ?

"Acte terroriste démentiel"

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière qu'ait subie Bogota depuis l'attentat du 7 février 2003, également à la voiture piégée et commis alors par les Farc, qui avait fait 36 morts, des dizaines de blessés, au Nogal, un club social très exclusif du nord de Bogota. 

L'attaque, qui a visé l'école de la police nationale, a été qualifiée de "misérable acte terroriste" par le président de droite Ivan Duque, qui a durci la lutte contre le trafic de drogue et la guérilla de l'Armée de libération nationale (ELN).

"Cet acte terroriste démentiel ne restera pas impuni", a assuré le président. Dénonçant "une attaque contre toute la société", "pas seulement contre nos policiers", il a appelé "les Colombiens à s'unir contre les violents". Au pouvoir depuis août, ce président de droite a amplifié la lutte contre la drogue dans un pays qui reste le premier producteur mondial de cocaïne et durci les conditions de reprise des négociations de paix avec l'ELN.

M. Duque a également "donné l'ordre aux forces militaires et à la police nationale de déployer tous leurs moyens afin d'identifier, en coordination avec le Parquet général, les responsables de ce lâche attentat". 

On aurait dit la fin du monde

Rosalba Jimenez, commerçante de 62 ans, témoin de l'attentat
Partager la citation

Les images diffusées par les médias montraient la carcasse d'un véhicule en flammes. Puis les accès au secteur ont été fermés et un important dispositif de sécurité a été déployé, a constaté l'AFP. Une employée du service de santé des Forces militaires a précisé à la radio que la voiture piégée était entrée "soudainement" dans l'école, "percutant presque les policiers et tout de suite il y a eu l'explosion". 

Rosalba Jimenez, une commerçante de 62 ans, ouvrait sa boutique de confection quand la vitrine a volé en éclats. "Lorsque nous avons regardé vers l'école, le ciel était gris de fumée. Les gens couraient, les sirènes... C'était horrible, horrible, on aurait dit la fin du monde", a-t-elle déclaré.

Les condamnations unanimes

L'attentat a été unanimement condamné, en particulier par le bureau de l'ONU en Colombie, les États-Unis, le Venezuela voisin et les Farc qui ont exprimé leur solidarité avec les victimes. 

Avec environ 1.800 combattants, l'ELN est considérée comme la dernière guérilla du pays, depuis le désarmement et la transformation en parti politique des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) à la suite de l'accord signé en 2016 avec le précédent gouvernement. M. Duque exige que l'ELN libère ses otages, dont le nombre est évalué à 17, et cesse ses activités criminelles avant une reprise des négociations, entamées en 2017 mais suspendues depuis août. 

Les rebelles estiment qu'il s'agit de "conditions unilatérales inacceptables". Bien que l'intensité du conflit ait diminué depuis l'accord avec les Farc, la Colombie reste affectée par une guerre fratricide, qui au fil des décennies a impliqué guérillas, paramilitaires et forces de l'ordre, faisant plus de huit millions de victimes entre morts, disparus et déplacés.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
International Colombie Attentat
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796263740
Colombie : un attentat à la voiture piégée à Bogota fait 21 morts
Colombie : un attentat à la voiture piégée à Bogota fait 21 morts
L'attaque a fait 21 morts et 68 blessés. L'auteur de l'attentat ferait partie de l'Armée de libération nationale (ELN), une des dernières guérillas du pays.
https://www.rtl.fr/actu/international/colombie-attentat-a-la-voiture-piegee-a-bogota-le-pire-depuis-2003-7796263740
2019-01-18 06:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/T0Zd39MDcAFwmicSL9r5pw/330v220-2/online/image/2019/0118/7796263742_000-1cc1nx.jpg