1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Attaque à l'Ambassade de France à Ouagadougou : aucun Français tué ni blessé
3 min de lecture

Attaque à l'Ambassade de France à Ouagadougou : aucun Français tué ni blessé

Vendredi matin, dans le centre de la capitale burkinabé, entre cinq à dix hommes armés ont ouvert le feu contre l'ambassade de France, l'état-major des armées et de l'Institut français. Le parquet de Paris ouvre une enquête pour "tentative d'assassinats terroriste".

Une explosion et tirs près de l'ambassade de France à Ouagadougou (Burkina Faso) le 2 mars 2018
Une explosion et tirs près de l'ambassade de France à Ouagadougou (Burkina Faso) le 2 mars 2018
Crédit : Ahmed OUOBA / AFP
Une attaque en cours à l'ambassade de France à Ouagadougou
00:01:23
Cécile De Sèze & AFP

Au Burkina Faso, à Ouagadougou, des tirs ont été entendus ainsi qu'une explosion. D'après plusieurs témoignages, entre cinq et dix hommes armés sont descendus d'une voiture en se dirigeant vers l'ambassade de France. Ils ont ouvert le feu sur des passants vers 11 heures. 

D'autres témoignages ont fait état d'une explosion près de l'état-major des armées et de l'institut français, à environ un kilomètre de là, toujours dans le centre de la capitale burkinabé. Une journaliste française sur place évoque également une explosion vers le Premier ministère.

"Quatre assaillants ont été neutralisés" à l'ambassade de France où la "situation" était "maîtrisée", a indiqué le ministre de l'Information, Rémis Fulgance Dandjinou. À l'état-major, "il y a eu une attaque à l'explosif qui a détruit un pan" du bâtiment. L'explosion a coûté la vie à une trentaine de personnes et à causé "un certain nombre de blessés parmi les gendarmes et militaires en faction", a-t-il ajouté. Deux assaillants y ont été neutralisés, tandis que "la sécurisation de l'état-major continue pour l'instant", a-t-il indiqué, puisque "des explosifs ont été déposés par les assaillants", selon Jeune Afrique.

Le ministre burkinabé a attribué à l'attaque un "relent terroriste très fort", ajoutant qu'aucune victime civile n'était dénombrée à ce stade. Le parquet de Paris ouvre une enquête pour "tentative d'assassinats terroriste" tandis que l’entourage de Le Drian indique qu'aucun Français n'est à déplorer parmi les victimes.

À lire aussi

Contrairement à ce qu'annonce Jeune Afrique, qui prévoit un "bilan humain très lourd" côté militaire donc. Le ministre burkinabé de la communication a annoncé un premier bilan faisant état d'un militaire mort et de quatre militaires et deux civils blessés".

Selon certaines personnes sur place, deux hélicoptères français ont déposé des soldats dans le centre ville de Ouagadougou. Ce qui montre que les militaires français sont venus aider les forces d'intervention burkinabé. 

L'attaque visait l'ambassade de France et l'Institut français, selon la page Facebook de l'ambassade. "Attaque en cours à l'ambassade de France et à l'Institut français. Restez confinés là où vous êtes", indique ce bref message, posté peu avant 11h.

L'ambassadeur de France au Burkina Faso, Xavier Lapeyre de Cabanes, a alerté ses abonnés sur Twitter en conseillant "à tous les compatriotes de rester dans un endroit sûr".

Emmanuel Macron est "tenu informé en direct par ses équipes de l'évolution de la situation"a indiqué à l'AFP l'entourage du président de la République. "Les ressortissants français présents à Ouagadougou doivent suivre les instructions de l'ambassade", en restant confinés, a déclaré l'Élysée. 

Tandis qu'un journaliste burkinabé sur place précisait que la population a fuit le centre ville et que les forces de défense sont sur le terrain.

La capitale du Burkina a été ces dernières années à plusieurs reprises la cible d'attaques jihadistes visant des cibles fréquentées par les Occidentaux, et les attaques de groupes jihadistes contre des représentants de l'État (gendarmeries, écoles notamment) sont régulières dans le nord du pays, frontalier des zones instables du Mali. 

Le 13 août dernier, deux assaillants avaient ouvert le feu sur un café-restaurant hallal, le Aziz Istanbul, situé sur la principale avenue de la capitale, faisant 19 morts et 21 blessés. L'attaque n'a pas été revendiquée. 

Le 15 janvier 2016, trente personnes, dont six Canadiens et cinq Européens, avaient été tuées lors d'un raid jihadiste contre l'hôtel le Splendid et le restaurant Cappuccino dans le centre de Ouagadougou. L'assaut, donné par les forces burkinabé soutenues par des militaires français, avait duré une douzaine d'heures et l'attaque avait été revendiquée par Al-Qaida au Maghreb islmaique (Aqmi) qui l'attribue au groupe jihadiste Al-Mourabitoune.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/