2 min de lecture Brexit

Brexit : Theresa May veut renégocier la question de la frontière irlandaise

Une semaine après le rejet massif de son accord de Brexit, la Première ministre britannique remet en jeu la question de la frontière irlandaise afin de gagner les faveurs des conservateurs et du parti unioniste irlandais (DUP).

Theresa May, après le premier rejet du projet d'accord de Brexit
Theresa May, après le premier rejet du projet d'accord de Brexit Crédit : HO / PRU / AFP
salomé
Salomé De Vera
et AFP

À dix semaines de la sortie prévue du Royaume-Uni de l’UE, le 29 mars, Theresa May tente par tous les moyens de dégager un consensus politique. Elle a annoncé ce lundi 21 janvier aux députés qu'elle allait retourner à Bruxelles reparler de la question du "filet de sécurité" censé éviter le retour d'une frontière physique entre les deux Irlande après le Brexit, qui risquerait de raviver les tensions entre loyalistes et unionistes.

"Je vais continuer à m'entretenir avec mes collègues cette semaine - dont le DUP (nord-irlandais, ndlr) pour voir comment remplir nos obligations", dont celle d'éviter le retour d'une frontière "d'une manière qui aura le plus grand soutien de cette chambre", a assuré Theresa May. "Et je présenterai les conclusions de ces discussions à l'UE", a ajouté la dirigeante conservatrice, qui tente de débloquer la situation après le rejet massif la semaine dernière par les députés de l'accord de divorce qu'elle a conclu avec Bruxelles.

Ce "filet de sécurité", appelé "backstop" en anglais cristallise les critiques au Royaume-Uni, en particulier des Brexiters qui y voient la porte ouverte à un arrimage permanent de leur pays à l'UE, et des unionistes du DUP (pro-Brexit), allié indispensable de Theresa May au Parlement, qui dénoncent le statut particulier qu'il octroierait à l'Irlande du Nord.

Prévu pour n'entrer en vigueur qu'à défaut d'autre solution à l'issue d'une période de transition, ce dispositif stipule que le Royaume-Uni demeure dans un "territoire douanier unique" avec l'Union européenne, ce qui limiterait la capacité de Londres à négocier des traités commerciaux avec des pays tiers.

Limiter le "filet de sécurité"?

À lire aussi
Des bateaux de pêche, dans le port de La Rochelle Brexit
Brexit : pourquoi les pêcheurs français sont menacés

Mais l'UE se refuse à rouvrir le "Traité de retrait", qui inclut cette disposition. "C'est maintenant aux dirigeants britanniques de construire une majorité stable et positive pour un accord, donc nous attendons les prochaines étapes de la part du gouvernement britannique", a encore déclaré lundi le négociateur en chef des 27, Michel Barnier. 

Le ministre polonais des Affaires étrangères Jacek Czaputowicz a semblé se désolidariser de la position des 27, suggérant au micro de la BBC de limiter le "filet de sécurité" à cinq ans. Son homologue irlandais, Simon Coveney, a immédiatement écarté cette idée.

"C'était probablement une tentative d'aider. La Pologne a plus de citoyens au Royaume-Uni que n'importe quel autre Etat membre, plus que l'Irlande même. Mais je ne pense pas que son intervention reflète la pensée de l'UE", a-t-il souligné de Bruxelles, en marge d'une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brexit Theresa May Royaume-Uni
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants