2 min de lecture Brexit

Brexit : "François Hollande et Angela Merkel doivent maintenant changer de méthode, de vitesse et de priorité", estime Alain Duhamel

REPLAY - ÉDITO - Les Britanniques ont choisi à près de 52% de dire oui à un Brexit, le 23 juin.

La Semaine Politique - Duhamel La semaine politique d'Alain Duhamel Alain Duhamel iTunes RSS
>
Brexit : "Quel que soit le résultat du référendum, l'Europe devra se réformer très vite et substantiellement", estime Alain Duhamel Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : Alain Duhamel | Date :
La page de l'émission
La Semaine Politique - Duhamel
Alain Duhamel Journaliste RTL

Le Royaume-Uni a donc décidé de faire sécession, une crise sans précédent. "Il n'y a aucun doute, ce jour de Brexit, c'est la pire journée qu'ait jamais connu l'Europe depuis maintenant plus d'un demi-siècle", juge Alain Duhamel. "C'est un désastre symbolique". L'éditorialiste rappelle que depuis des années, "les pays faisaient la queue pour rentrer en Europe". Alain Duhamel pointe le risque de contagion qui pèse désormais sur l'Union européenne après qu'un des pays historiques ait décidé de la quitter. 

Pour Alain Duhamel, ce Brexit est également "un désastre économique" puisqu'on "perd brusquement 15% de produit européen et tous les échanges qui existaient qui forcément, d'une façon ou d'une autre, seront remis en cause. Sur le plan économique, la situation n'a pas plus encourageante puisque le Royaume-Uni "est avec la France, le seul pays qui dispose encore d'une défense nationale".

L'Angleterre croyait qu'elle disait non à l'Europe mais en réalité, elle dit non à la mondialisation.

Alain Duhamel
Partager la citation

Si ce Brexit est une mauvaise nouvelle pour l'Europe, ça l'est aussi pour le Royaume-Uni : "C'est ce qui lui arrive de plus grave depuis la fin de l'Empire britannique". Pour Alain Duhamel, ce 24 juin, le Royaume-Uni a perdu le droit de pouvoir s'appeler comme cela, puisque le pays apparaît plus divisé que jamaisLes Écossais et les Irlandais du Nord ont majoritairement contre le Brexit et rêvent désormais d'indépendance pour les premiers et de rattachement à la République d'Irlande pour les seconds.

Mais ce référendum démontre également une opposition entre les jeunes et les anciens. "Il y a en fait deux Angleterre : l'une assez âgée, souvent modeste très pessimiste et appauvrie. Et puis une Europe jeune et diplômée", explique Alain Duhamel. "L'Angleterre croyait qu'elle disait non à l'Europe mais en réalité, elle dit non à la mondialisation". Après ce Brexit, Angela Merkel et François Hollande sont attendus pour sauver l'Europe. "Pour eux, c'est un défi assez impressionnant", juge Alain Duhamel. "C'est à eux de trouver des solutions".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Brexit Union européenne Europe
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783837821
Brexit : "François Hollande et Angela Merkel doivent maintenant changer de méthode, de vitesse et de priorité", estime Alain Duhamel
Brexit : "François Hollande et Angela Merkel doivent maintenant changer de méthode, de vitesse et de priorité", estime Alain Duhamel
REPLAY - ÉDITO - Les Britanniques ont choisi à près de 52% de dire oui à un Brexit, le 23 juin.
https://www.rtl.fr/actu/international/brexit-francois-hollande-et-angela-merkel-doivent-maintenant-changer-de-methode-de-vitesse-et-de-priorite-estime-alain-duhamel-7783837821
2016-06-24 19:20:26
https://cdn-media.rtl.fr/cache/0D1qNNdxP5FJJW7SmJa5cg/330v220-2/online/image/2014/0422/7771346810_alain-duhamel.jpg