1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Béatrice Hadjaje : le temps du divorce entre l'Europe et le Royaume-Uni ?
1 min de lecture

Béatrice Hadjaje : le temps du divorce entre l'Europe et le Royaume-Uni ?

REPLAY / ÉDITO - La journaliste répond à David Cameron, l'homme qui "n'aime pas Bruxelles".

Béatrice Hadjaje
Béatrice Hadjaje
Crédit : RTL.fr
Béatrice Hadjaje : le temps du divorce entre l'Europe et le Royaume-Uni ?
02:39
Béatrice Hadjaje : le temps du divorce entre l'Europe et le Royaume-Uni ?
02:40
micros
La rédaction numérique de RTL

Béatrice Hadjaje remplace Alain Duhamel ce 22 février pour l'édito du jour. Et ce lundi, c'est à David Cameron que s'adresse la journaliste de RTL. Avec sa plume et son verbe, elle revient sur une phrase prononcée par le Premier ministre britannique, qui était à Bruxelles la semaine dernière pour négocier un compromis avec les membres de l'Union européenne et éviter un "Brexit", soit une sortie du Royaume-Uni de la zone euro. "Je n'aime pas Bruxelles. J'aime la Grande-Bretagne", a déclaré David Cameron.

"Franchement, je me demande s'il n'est pas temps de divorcer, tout en restant bons amis bien sûr !", rétorque Béatrice Hadjaje, qui rappelle que depuis l'adhésion du pays en 1973, les relations ont souvent été "difficiles". "Quand on choisit d'être membre du club, il faut faire des compromis", estime-t-elle.

Un peu comme dans un mariage

Le Royaume-Uni, par exemple, apprécie de pouvoir écouler la moitié de sa production en Europe sans frais de douane, mais son chef de gouvernement refuse de recevoir quelques centaines de mineurs actuellement réfugiés à Calais (Pas-de-Calais). "Quand on fait partie de l'Europe, on l'est pour le meilleur, pour le pire. C'est un peu comme dans un mariage", poursuit Béatrice Hadjaje.

Par le passé, d'autres dirigeants ont accepté des compromis : Helmut Kohl, François Mitterrand, Jacques Chirac... Aujourd'hui, certaines nations refusent de céder quoi que ce soit. La Pologne, qui a reçu des millions d'euros de subventions européennes, refuse elle aussi de prendre sa part de réfugiés syriens. "En Europe, on ne peut pas toujours vouloir gagner contre les autres pays", conclut la journaliste qui redoute que l'inflexibilité de David Cameron - contesté au sein même de sa famille politique - provoque un malentendu de plus entre son peuple et l'Europe.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/