1 min de lecture Venezuela

Au Venezuela, les habitants n'ont plus de quoi s'offrir un soda

Fin août, le gouvernement vénézuélien avait lancé une nouvelle monnaie pour endiguer l'hyperinflation dans le pays. Trois mois plus tard, la situation n'a fait qu'empirer.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Au Venezuela, les habitants n'ont plus de quoi s'offrir un soda Crédit Image : RONALDO SCHEMIDT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot et Camille Kaelblen

L'inflation continue de faire des ravages au Venezuela. Dans un article publié le 12 novembre, le quotidien Libération illustre la crise que traverse le pays avec un cas éloquent :  un professeur d'histoire qui n'a plus les moyens de s'acheter une bouteille de soda... car celle-ci coûte un sixième de son salaire.

Vous vous en souvenez sans doute, fin août, le gouvernement vénézuélien avait lancé une nouvelle monnaie : le bolivar souverain, l'ancien bolivar fort avec 5 zéros de moins. L'objectif était d'endiguer l'hyperinflation.

Mais trois mois après, c'est pire, explique le journal. L'inflation est toujours galopante, l'augmentation du salaire minimum (qui a été multiplié par 36) a contraint bon nombre d'entreprises à mettre la clé sous la porte et dans les supermarchés, certains produits sont introuvables.

Petits boulots et troc

Les Vénézuéliens "continuent de mourir de faim", dit l'un d'entre eux. Edgar, notre prof qui enseigne l'histoire à l'université centrale du Venezuela, gagne par exemple 1.800 bolivars par mois, soit à peu près le salaire minimum (240 euros). "Impossible de vivre avec si peu", dit-il, "quand la bouteille de soda est à 300 bolivars, le morceau de fromage à 500".

À lire aussi
Juan Guaido, le 23 juillet 2019 Venezuela
Les infos de 22h - Venezuela : feu vert du Parlement à une intervention étrangère

Pour lui comme pour beaucoup d'autres, le seul moyen est de multiplier les petits boulots, de donner des cours dans d'autres universités, quitte à travailler tous les jours.

Pour la nourriture, il utilise des techniques d'un autre temps... le troc, écrit Libération.
"J'échange un peu de sucre contre un bout de pain, ou du pain contre du poulet et ainsi de suite", confie-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Venezuela Inflation Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants