1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Attentat à Stockholm : ce que l'on sait du principal suspect
2 min de lecture

Attentat à Stockholm : ce que l'on sait du principal suspect

Au cours de sa garde à vue, le suspect est passé aux aveux. Déjà connu des renseignements suédois, il a affirmé "avoir accompli ce qu'il voulait accomplir".

Un camion a foncé sur des piétons à Stockholm (Suède), vendredi 7 avril 2017
Un camion a foncé sur des piétons à Stockholm (Suède), vendredi 7 avril 2017
Crédit : Jonathan NACKSTRAND / AFP
Léa Stassinet & AFP

Il est "satisfait de ce qu'il a fait". C'est ce qu'aurait déclaré le suspect principal de l'attentat de Stockholm, qui a fait 4 morts et 15 blessés, au cours de sa garde à vue dimanche 9 avril, selon le quotidien suédois Expressen. Interpellé quelques heures après qu'un camion a foncé sur la foule dans une des rues les plus passantes de la capitale suédoise, le suspect, un Ouzbek de 39 ans aurait déjà déclaré à ce moment-là : "C'est moi qui l'ai fait". 

L'homme était déjà connu des services de renseignement du pays. "Il a fait surface dans notre collecte de renseignements dans le passé", a indiqué Anders Thornberg, le chef des services de renseignements du pays. Selon la police, il montrait "de l'intérêt pour des organisations extrémistes comme l'État islamique". Son nom était d'ailleurs apparu dans une affaire de blanchiment d'argent visant à financer l'organisation terroriste, mais aucune preuve n'avait été trouvée. Pour autant, l'attentat n'a pas été revendiqué, bien que le mode opératoire corresponde aux attaques de Nice, Berlin ou plus récemment de Londres, qui elles ont toutes été revendiquées par Daesh. 

"C'était quelqu'un de discret, un peu en marge, qui ne se faisait pas remarquer. Il faisait le job", a indiqué à l'AFP Pierre Svensson,le patron d'une entreprise d'assainissement et de dépollution, pour laquelle le suspect a travaillé quelques temps à l'automne 2016. "Son comportement n'était pas négatif", poursuit-il. 

Sous le coup d'une procédure d'expulsion

Mais ce qui ressort de l'enquête, c'est surtout que cet homme n'aurait pas dû se trouver sur le sol suédois. Il avait en effet tenté d'obtenir un permis de séjour dans le pays en 2014, mais sa demande avait été rejetée. "En décembre 2016, l'Office des migrations l'a informé qu'il avait quatre semaines pour quitter le pays", explique le responsable de la police locale Jonas Hysing. "En février 2017, la police a été saisie pour faire exécuter la décision parce qu'il n'était plus localisable", a-t-il poursuivi. Autrement dit, jusqu'au moment de l'attaque de vendredi 7 avril, il avait complètement disparu des radars

À écouter aussi

Du côté de la police, on s'est dit confiant après l'arrestation de celui qui est considéré comme le conducteur du poids lourd volé. Après ses aveux où il a affirmé "avoir accompli ce qu'il avait à accomplir", un haut responsable de la police nationale a affirmé que les enquêteurs "étaient assez sûrs qu'il passerait le reste de sa vie derrière les barreaux". Un autre homme a été interpellé le soir de l'attentat dans le cadre de la même affaire, il s'agit maintenant de savoir s'il a pu éventuellement jouer le rôle de complice

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/