1. Accueil
  2. Actu
  3. International
  4. Alain Duhamel : "Tsipras, une victoire tout sauf évidente"
2 min de lecture

Alain Duhamel : "Tsipras, une victoire tout sauf évidente"

REPLAY - ÉDITO - L'éditorialiste revient sur la victoire d'Alexis Tsipras aux législatives en Grèce et sur les conséquences de cette réélection.

Alain Duhamel
Alain Duhamel
Crédit : Damien Rigondeaud
Alain Duhamel : "Tsipras, une victoire tout sauf évidente"
03:03
Alain Duhamel : "Tsipras, une victoire tout sauf évidente"
03:03
Alain Duhamel

Alexis Tsipras a une nouvelle fois remporté la victoire aux législatives en Grèce hier. Une victoire qui était tout sauf évidente. Depuis qu'Alexis Tsipras avait été obligé de passer par les conditions des Européens pour obtenir le prêt considérable dont il avait besoin, sa popularité s'était nettement effritéeSon prestige vacillait, son aile gauche avait fait scission, il y avait une percée de la droite qui était revigorée. Il a mené une campagne extrêmement intelligente et courageuse. Il a reconnu ses erreurs et ses échecs. Il a rappelé sa bonne foi et le fait qu'il s'était battu pour un résultat qu'il n'avait pas su obtenir. 

Il obtient une victoire spectaculaire. Il a perdu moins d'un point par rapport à ses résultats en janvier. Une stabilité étonnante d'autant que ceux qui l'ont quitté ne font même pas 3%. Il va s'occuper de la corruption qui est un vaste programme. Cette victoire est un démenti pour ceux qui croyaient à une révolte des Grecs contre l'Europe. Quand Tsipras avait gagné en janvier, Jean-Luc Mélenchon considérait que la révolution était au bord de l'Europe, Marine Le Pen applaudissait comme si elle y était pour quelque chose. Ce qui se passe est le contraire de ce qu'ils avaient pensé. Ce n'était pas une révolte contre l'Europe et contre l'euro. C'était un soulèvement contre l'austérité. Les Grecs ont perdu 25% de leur pouvoir d'achat en 4 ans. Ils ont décidé que malgré les sacrifices et les difficultés, ils préféraient rester dans l'Europe. Ils savent que la quitter ce serait encore bien pire parce qu'aujourd'hui un pays qui s'isole, c'est un pays qui se saborde.

Maintenant il faut que l'Europe soit à la hauteur. Elle a été extrêmement généreuse en ce qui concerne les prêts. Aucun pays n'a reçu autant d'aide que la Grèce. Mais l'Europe a été incroyablement stricte sur les conditions. Aujourd'hui les Grecs font preuves de courage, de responsabilité, c'est aux Européens d'en faire autant. Il y a des choses à faire comme plafonner chaque année le remboursement du prêt. Il est possible de les aider pour recevoir les demandeurs d'asile, de les aider pour les investissements. Il y a un pays qui est bien placé pour ça, c'est la France. A condition d'une part qu'elle ose et qu'elle assume publiquement.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/