1 min de lecture Société

Montluçon : les gendarmes font sauter l'excès de vitesse d'un jeune père trop pressé

Arrêté pour excès de vitesse, le boulanger de Saint-Amand-Monrond est arrivé à la maternité, sous escorte, juste à temps.

Jean-Alphonse Richard Un jour sur la Terre Jean-Alphonse Richard
>
Montluçon : les gendarmes font sauter l'excès de vitesse d'un jeune père trop pressé Crédit Image : François NASCIMBENI / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Thomas Prouteau Journaliste RTL

Le boulanger de Saint-Amand-Monrond monte très vite dans les tours mardi 5 décembre quand sa compagne est brutalement prise de contractions. Sans perdre une seconde, Cédric fait monter Céline dans la voiture familiale. Démarrage en trombe, direction la maternité. Mais visiblement paniqué à l'idée de rater le coche, le jeune père décide de faire fi des limitations de vitesses.

Précaution tout de même, le "Fangio des layettes" met ses feux de détresse. Pas de chance, sur sa route il croise un peloton de gendarmes motorisés.Coup de sifflet et fin de parcours. Le boulanger tente de s'expliquer, 125 km/h au lieu des 90 autorisés. Un simple coup d'oeil au siège passager suffit à convaincre les motards mais pas question de laisser le couple reprendre sa course. Ils appellent les pompiers, qui prennent en charge la maman. Cédric est prié de suivre, sous escorte.

Arrivé à la maternité, les gendarmes se font conciliant : l'excès de vitesse ne sera pas enregistré, c'est notre "cadeau de naissance", dit l'un d'eux. Cédric se précipite, à pied cette fois, dans la salle de travail. Il est 16h37. À 17h02, la petite Abygelle pointe le nez. Pile à temps.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Société Auvergne Allier
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants