2 min de lecture Histoire de France

La Fontange, coiffure extravagante à la mode sous Louis XIV

La duchesse de Fontanges, favorite de Louis XIV, a donné son nom à l'une des coupes de cheveux les plus extravagantes. Les dames de la cour vont alors rivaliser d'ingéniosité pour avoir la "Fontange" la plus élaborée.

Stéphane Bern Pourquoi sont-ils entrés dans l'histoire ? Stéphane Bern
>
Pourquoi sont-ils entrés dans l'Histoire ? Crédit Image : Wikimedia Commons | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
A la bonne heure - Stéphane Bern
Stéphane Bern édité par Paul Turban

Si on ne voit plus de nos jours la coiffure à la Fontange que dans certains magazines de mode, bien qu’ayant connu un véritable engouement sous Louis XIV, c’est parce qu'elle n’en reste pas moins l’un des apprêts les plus complexes à réaliser et même à porter.

Faite de mousseline, dentelle, ruban et fil de fer, elle nécessite une technique et un temps de travail considérable. Les Fontanges pouvaient s’élever à une époque à une hauteur telle que Saint-Simon disait qu’elles plaçaient le visage des femmes au milieu de leur corps. Quelles excentricités ne serions-nous pas prêts à faire par amour…  

Car la Fontange est bel et bien née d’une histoire d’amour entre la jolie noble et le Roi-Soleil. Cavalière émérite, la duchesse de Fontanges accompagne souvent Louis XIV à la chasse. Au cours d’une de ces chevauchées endiablées, elle fait tomber son chignon. Gênée par sa chevelure, elle arrache les rubans de sa jarretière pour arracher ses jolies boucles. 

Le roi est tellement charmé qu’il exige de sa jeune maîtresse qu’elle se coiffe ainsi tous les jours. Dès lors, les dames de la cour s’empressent de parer leurs cheveux de boucles et rubans, à la Fontanges. Dans toute l’Europe, la mode est ainsi lancée. 

De l’Auvergne à Versailles

À lire aussi
Emmanuel Macron, lors des commémorations du 11-Novembre commémoration
11 novembre 2019 : le programme des commémorations

Rien ne prédestinait Marie-Angélique de Scorrailles, demoiselle de Fontanges, à inscrire son nom dans l’Histoire. Né en 1661 dans une vieille famille noble d’Auvergne, la jeune fille est très tôt remarquée pour sa beauté. C’est ainsi qu’à 17 ans elle devient fille d’honneur de la princesse Palatine, belle-sœur du roi.

À cette époque, Louis XIV, âgé de 40 ans, commence à se lasser des caprices de sa vieille maîtresse, Madame de Montespan, jalouse de la gouvernante de leurs enfants, Madame de Maintenon. La marquise de Montespan, cherchant à détourner l’attention du roi, place Angélique sous ses yeux. Pari plus que réussi : Louis XIV subjugué par la beauté de la jeune fille la prend aussitôt pour maîtresse.  

De favorite à ridicule

Cette coiffure se complique par la suite, les courtisanes rivalisant d’exubérance. On la voit s’élever sur plusieurs étages, édifier selon des logiques architecturales complexes. Chaque ruban, pièce de métal, mèche de cheveux a une fonction et un nom propre : la palissade, le monte-là-haut, la souris…

Une mode dont Louis XIV déplore les excès et dont il se désintéresse tout comme il délaisse la duchesse de Fontanges. Après avoir accouché d’un bébé mort-né, la jeune femme devient de plus en plus faible, et sa santé se détériore. Leur idylle prend fin. Angélique meurt en 1681, à l’âge de 20 ans seulement. Certains assurent qu’elle a été empoisonnée par la Montespan, jalouse de sa jeune rivale et de son influence esthétique. On est alors en pleine affaire des poisons. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Histoire de France Chroniques d'été Stéphane Bern
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants