2 min de lecture Social

Indemnisation chômage : la "pérennité" du régime sera assurée pour Sapin

Pour le ministre du Travail, l'accord obtenu laborieusement par le patronat et trois syndicats sur l'assurance chômage permettra d'assurer "la pérennité du régime".

Michel Sapin et Aurélie Filippetti à l'Assemblée nationale le 3 juillet 2012 (photo d'Archives).
Michel Sapin et Aurélie Filippetti à l'Assemblée nationale le 3 juillet 2012 (photo d'Archives). Crédit : AFP / PATRICK KOVARIK
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Michel Sapin l'affirme : malgré un "contexte défavorable", cet accord "va renforcer la sécurisation de l'emploi avec la mise en oeuvre des droits rechargeables", permettant à tous les demandeurs d'emploi d'accumuler les droits à indemnisation chaque fois qu'ils retravaillent, alors qu'ils en perdaient auparavant une partie. "L'indemnisation des salariés précaires qui alternent emploi et chômage s'en trouvera améliorée, comme l'encouragement à la reprise d'un emploi", a-t-il ajouté.

A l'issue d'une négociation marathon achevée dans la nuit de vendredi à samedi, les partenaires sociaux sont difficilement parvenus à un accord sur de nouvelles règles d'indemnisation pour 2,2 millions de chômeurs : il instaure dès le 1er juillet un système de "droits rechargeables" mais, parallèlement, pour dégager des économies, durcit le régime des cadres, seniors et intermittents.

400.000 millions d'euros déconomies prévus

S'agissant des intermittents, "une concertation entre partenaires sociaux et État (...), incluant les représentants des salariés et des employeurs concernés, permettra de discuter de propositions d'amélioration des conditions d'emploi et de lutte contre la précarité dans ces secteurs", a promis le ministre.

Le ministre du Travail a également salué la "responsabilité" dont ont fait preuve, selon lui, les partenaires pour parvenir à ce projet d'accord, qui a recueilli un premier avis positif de trois syndicats (CFDT, FO, CFTC), alors que la CGT et la CFE-CGC s'y sont opposés. En raison de l'explosion du chômage (3,31 millions de demandeurs d'emploi sans activité fin janvier), le déficit de l'Unédic a atteint 4 milliards d'euros fin 2013. La nouvelle convention prévoit 400 millions d'euros d'économies.

Filippetti "vigilante'"

À lire aussi
entreprises
Ford, Alstom, Alcatel... Les entreprises en difficulté respectent-elles leurs engagements ?

De son côté, la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, s'est félicitée du "maintien des annexes VIII et X relatives au régime des intermittents du spectacle au sein de la solidarité interprofessionnelle telle qu'elle l'a défendue". "La pérennité de ce système est un acquis considérable", a-t-elle affirmé.

Elle indique également qu'"en lien étroit avec Michel Sapin, elle restera particulièrement vigilante quant à la prochaine étape dont elle souhaite qu'elle puisse permettre de discuter de l'ensemble des propositions des employeurs et salariés du secteur culturel avec la volonté d'améliorer les conditions d'emploi et de lutter contre la précarité".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Social Info Emploi
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants