1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Vers un salaire minimum pour tous en Europe ?
3 min de lecture

Vers un salaire minimum pour tous en Europe ?

États membres et eurodéputés ont trouvé un accord mardi 7 juin sur des règles communes pour garantir dans chaque pays de l'UE un salaire minimum.

Le Smic va être revalorisé en ce mois de mai 2022 (illustration)
Le Smic va être revalorisé en ce mois de mai 2022 (illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Le SMIC pour tous en Europe ?
00:03:28
Martial You

Le SMIC pour tous ? Les Européens se sont mis d’accord pour mettre en place un salaire minimum au sein de l’Union. Car seuls 21 pays sur 27 ont un salaire minimum. Chacun avec des critères différents et des niveaux de vie dans le pays très différents. Le salaire minimum va de 332 euros en Bulgarie à 2202 euros au Luxembourg. 

La France est en 6e position avec 1.645 euros brut par mois, à peu près au niveau de l’Allemagne ou de la Belgique. Et la comparaison a du sens car ce sont des pays frontaliers et surtout l’Allemagne est notre premier partenaire commercial mais aussi notre principal concurrent en Europe. 

Faire jeu égal sur les salaires peu qualifiés (c’est le cas du SMIC), c’est déjà rester dans la course en matière de coût du travail. Cela veut dire qu’il y a encore des pays en Europe qui n’ont pas de salaire minimum ? Vous en avez six dont notre deuxième partenaire et concurrent européen : l’Italie. Mais l’Allemagne n’en avait pas avant 2015.

Pas de salaire minimum en Italie

L’Italie va donc devoir mettre en place un salaire minimum. Chaque pays garde la main sur sa politique sociale. L’Italie va continuer à discuter avec les partenaires sociaux du pays de la fixation des salaires dans les branches professionnelles : la métallurgie, la restauration, l’informatique...

À lire aussi

Qu’est-ce qui change avec cet accord entre européens ? C’est majeur, des mois de tractations. Les 21 pays qui disposent d’un salaire minimum se sont mis d’accord sur des critères qui prennent en compte l’évolution du coût de la vie dans le pays, le niveau moyen des salaires… 

On ne va pas demander aux Bulgares d’être payés comme des Luxembourgeois, mais tout le monde calculera son SMIC de la même façon. En prenant en compte la situation de chaque pays. C’est évidemment crucial en ce moment quand l’inflation galope et que tous les pays ne connaissent pas la même flambée des prix. L’inflation est de 5,2% en France sur un an mais de quasiment 8% en Allemagne, 9% en Espagne.

Une main-d'œuvre plus chère ?

Cela veut dire que la plupart des pays d’Europe vont augmenter leurs salaires minimums ?Dans les prochains mois, et même dans les prochaines années. Aujourd’hui, cela augmente pour compenser l’inflation. Demain, les pays d’Europe de l’Est vont voir leur niveau de vie progresser et donc leurs salaires. 

C’est un mouvement économique assez classique et plutôt vertueux car les plus bas salaires réinjectent immédiatement ce qu’ils gagnent dans l’économie en consommant un peu plus. Et ces hausses de salaires un peu partout sont finalement une très bonne nouvelle pour la compétitivité de la France.
 
Pourquoi ? La France reste traditionnellement un des pays où la main-d’œuvre est la plus élevée. Le coût horaire de la main-d'œuvre en France (tous salaires confondus) est aux alentours de 35 euros de l’heure. C’est beaucoup plus que l’Espagne (21 euros), le Portugal (13 euros) et même l’Allemagne qui est aux alentours de 33 euros. Mais l’écart s’est fortement comblé avec les allemands depuis 2015 quand ils ont décidé de mettre en place leur salaire minimum. 

La France plus compétitive ?

Ces hausses des salaires chez nos voisins nous rendent plus compétitifs ? En effet, un salaire minimum, ça pousse vers le haut les salaires au-dessus. D’un côté les pays moins chers que nous vont augmenter leurs salaires. De l’autre, en France, on va baisser les impôts de production et certaines cotisations qui pèsent sur les marges des entreprises. Quelque part, nos salaires coûtent moins cher aux employeurs qu’avant. Les deux courbes se rapprochent. 

Cela peut-il booster le "made in France" ? Et pourquoi pas ? Les coûts de transports ont été multipliés par six depuis 2 ans. Finalement, un salaire un peu plus élevé chez nous peut redevenir rentable ! Et ça, c’est plutôt une bonne nouvelle, surtout au moment où on se dit qu’il faut que l’Europe se réindustrialise, qu’elle rapatrie des productions de batteries, de médicaments ou de semi-conducteurs pour ne plus être dépendante de l’Asie et au moment où on se dit que c’est moins cher et bien meilleur pour l’environnement de produire chez nous plutôt qu’à l’autre bout de la planète. 

Il faut juste former les ouvriers, les techniciens capables de produire ce qu’on a laissé partir en Chine et en Inde depuis 30 ans. Car les grandes usines comme Tesla ou Intel ont encore tendance à pousser en Allemagne.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/