3 min de lecture Vacances d'été

Vacances d'été : et si vous achetiez un parasol made in France ?

REPORTAGE - Il y a 12 ans, Franck Rizzin a fait le pari de lancer une gamme de parasols entièrement fabriqués en France.

Micro générique Switch 245x300 La chronique du jour La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Vacances d'été : et si vous achetiez un parasol made in France ? Crédit Image : Unsplash/Ricardo Gomez Angel | Crédit Média : RTLQ | Durée : | Date : La page de l'émission
Eric Vagnier
Éric Vagnier édité par Marie Zafimehy

Que ce soit pour la plage, le jardin, la terrasse ou le balcon, plus d'un million et demi de parasols sont vendus chaque année en France. Tous viennent d'Asie, sauf une petite centaine de milliers, fabriqués sur le sol français à Allonnes, précisément près de Saumur, où Franck Rizzin, il y a 12 ans, a repris et relancé une usine d'articles de plein air en faisant le pari du made in France. Tout cela, sans laisser les coûts et les prix s'envoler.
 
"Ce qui m'intéressait quand on a redémarré cette entreprise-là, c'était de voir si on était capable de fabriquer des produits en France à des prix intéressants pour nos clients, raconte Franck Rizzin. Pourquoi ça ? Parce que ça fait des années qu'on nous rebat les oreilles en nous expliquant que la France n'est en mesure de fabriquer que des produits haut de gamme parce qu'on n'a plus envie de se casser la tête.

Et je trouve qu'intellectuellement, on a laissé partir des tas d'industries parce qu'on n'a pas voulu se remettre en cause. Je pense qu'on a besoin d'avoir des emplois en France et moi trouver des solutions pour rester rentables en France. Je trouve que c'est toujours très stimulant intellectuellement."

Une fabrication à la main

Franck Rizzin a donc fait tourner ses ménages et remis en cause les processus de production sans chercher à monter en gamme, en restant sur le parasol de petite taille, pourtant très concurrencé par les importations chinoises. Avec une seule consigne qu'il a appliquée dès son arrivée : rationaliser la fabrication.

"Notre seul objectif, c'est de grignoter du temps. Donc pour grignoter du temps ça veut dire qu'on va regarder jusqu'à quel point on avait intérêt à faire tel ou tel type d'opérations. Avec quels outils on pouvait le faire, avec quel outillage on pouvait le faire, qu'est ce qui pouvait le rendre plus simple à faire pour les couturières... On a mis en place des process et des gestes pour éviter que les filles perdent du temps. On a gagné en efficacité, on a gagné rapidité, on a gagné en confort de travail pour les couturières. Et comme on a mis en place des organisations qui nous permettent d'être pratiquement en flux tendus, ça nous a permis de rester positionnés...".

À lire aussi
vacances d'été
Coronavirus : le tourisme dans l'Hexagone sauvé par les Français cet été

Et donc de résister à la déferlante asiatique grâce à des prix qui tiennent la route. Face au made in China, moins de 60 euros, les parasols du Maine et Loire sont vendus sous la marque Jardin Privés et l'entreprise où ils sont confectionnés, N.P Créations, emploie près de 90 salariés. "Beaucoup de couturières qui, dans le cadre du parasol, vont faire l'assemblage des panneaux, ce que l'on appelle la coiffe du parasol qui va protéger les gens sur la plage ou dans le jardin, explique Franck Rizzin.

Et puis, après elles montent l'étoile sur les armatures de parasols, on met les aiguillettes, ce qu'on appelle les aiguillettes, pour venir loger les baleines dans la coiffe. Et après, on va venir faire la piqûre baleine. Ça veut dire que je solidarise la coiffe de l'armature et surtout de la baleine. J'ai des personnes qui vont faire des points d'arrêt entre la baleine et la coiffe pour que la coiffe reste tout le temps sur l'armature du parasol. Tout ça, c'est à la main."

Un style original

Avec l'aide de machines à coudre quand même et d'un designer pour apporter une touche française. Un peu d'originalité pour ne pas être confondu avec les parasols chinois. "On a une styliste intégrée dans l'usine, qui crée des dessins, qui crée des motifs, qui travaille sur les tendances colorielles.

L'idée, c'était vraiment de tous les ans, renouveler les collections parce que c'est pas de la monotonie. On ne va pas être tous identiques. Ça va être du jaune safran. Ça va être du Greystone un peu minéral. Ça va être des coloris un peu paprika ou un peu poteries, des verts bouteille... C'est quand même plus sympa que de voir un gris anthracite, ou un rouge"."
 
Comme de nombreuses entreprises du secteur du textile, N.P. Créations s'est reconvertie dans la confection de masques au printemps. Cette parenthèse s'est achevée avec le retour de l'été et de la demande de parasols, aussi soutenue que les années précédentes, voire plus. Malgré l'ombre du coronavirus.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vacances d'été Made in France Consommation
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants