1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Un député UMP dénonce une hausse des impôts à 80 milliards d'euros sous Hollande
2 min de lecture

Un député UMP dénonce une hausse des impôts à 80 milliards d'euros sous Hollande

Jérôme Chartier détaille une liste e 103 créations ou hausses d'impôts depuis mai 2012, contre 48 suppressions ou baisses.

Le député UMP Jérôme Chartier évalue  à 80 milliards d'euros en net la hausse des prélèvements sur les ménages français depuis mai 2012 (ici le 28 août 2013/archives)
Le député UMP Jérôme Chartier évalue à 80 milliards d'euros en net la hausse des prélèvements sur les ménages français depuis mai 2012 (ici le 28 août 2013/archives)
Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
La rédaction numérique de RTL & AFP

Selon le député UMP Jérôme Chartier, la hausse des prélèvements sur les ménages français depuis mai 2012, date d'arrivée au pouvoir de François Hollande, s'élève à 80 milliards d'euros en net. Dans un document adressé au chef de fil des députés UMP, Christian Jacob, l'élu du Val-d'Oise détaille, une liste de 103 créations ou hausses d'impôts depuis cette date, contre 48 suppressions ou baisses.

Selon Jérôme Chartier, qui parle de "massacre fiscal", les ménages français ont connu depuis mai 2012 des baisses d'impôts, taxes et prélèvements de 11,4 milliards, contre des hausses d'un total de 92,3 milliards. Parmi ces hausses, dont la plus grande part est intervenue en 2012 et 2013, le député compte la suppression des allègements sociaux attachés aux heures supplémentaires (+10 milliards), la hausse des taux de TVA (+16,1 milliards) ou encore la limitation des niches sociales sur l'épargne salariale (+7,7 milliards).

Du côté des entreprises, la hausse la plus forte selon lui résulte de la "limitation de la déductibilité des charges financières" décidée dans la loi de finances initiale pour 2013 (+10 milliards), à quoi s'oppose par exemple la création du crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), dont Jérôme Chartier évalue l'impact à -16,5 milliards d'euros pour 2014 et 2015.

Pour le gouvernement, la droite a "amorcé le mouvement"

Interpellé sur ces chiffres à l'Assemblée nationale, le secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert, a rappelé que la droite avait "très largement amorcé un mouvement de hausses d'impôt que tous les spécialistes évaluent à 30 milliards environ sachant que (...) nous avons effectivement poursuivi cette hausse à hauteur d'environ 30 milliards, mais pas de la même façon."

À lire aussi

"Une tranche d'impôt à 45% et aligner les revenus du capital au barème de l'impôt sur le revenu ce n'est pas la même chose que de supprimer la demi-part des veuves et de geler le barème de l'impôt sur le revenu", a-t-il dit, opposant deux mesures décidées par la gauche à deux mesures décidées par la droite. Reprenant une promesse présidentielle, Christian Eckert a dit : "Il n'y aura pas de nouvelles hausses d'impôt et celui qui vous parle en sera le greffier."

À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/