1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Transport de voyageurs : la guerre des autocars ouverte
2 min de lecture

Transport de voyageurs : la guerre des autocars ouverte

REPLAY / ÉDITO - La bataille fait rage autour du marché de l'autocar longue distance en France. C'est la compagnie Eurolines qui a lancé les hostilités en annonçant l'ouverture de 17 lignes dès juillet.

Transport de voyageurs : la guerre des autocars ouverte
03:11
Transport de voyageurs : la guerre des autocars ouverte
03:13

Des verrous qui sautent, des millions de passagers potentiels : il n’en faut pas plus pour aiguiser les appétits. Nos bus longues distances ont été étouffés, corsetés durant quarante ans par de très puissants lobbies. Ils vont regagner leur permis de circuler. Ce n’est pas une image : en France, leur part de marché dans le transport des voyageurs est de 0,05%. A peine 100.000 passagers par an, contre 30 millions en Grande-Bretagne, 32 millions en Espagne, et déjà 8 millions en Allemagne où une libéralisation "type loi Macron" fête son premier anniversaire.

Du coup, vous comprenez que l'on fasse partout chauffer les moteurs. Chez les Français avec IDBus, la filiale de la SNCF ou sous la bannière de Starshipper (un syndicat de PME indépendantes), mais aussi chez les étrangers, avec le géant britannique Stagecoach et l’ambitieux Allemand Flixbus.
Surtout que depuis le 4 juin, on est vraiment monté dans les tours. Eurolines, l'opérateur français dominant, a réellement ouvert les hostilités en annonçant l'ouverture de 17 lignes dès juillet, avant même la promulgation de la loi.

La coexistence bus-rail peut être positive

Il y a un vrai marché pour le bus longues distances. Les autocaristes y croient dur comme fer. Tout simplement parce qu’ils promettent que le grand bénéficiaires de cette petite révolution sera le consommateur. En plus des offres traditionnelles, comme les Paris-Toulouse à 1 euro, il y a aujourd'hui chez Eurolines, IDBus et les autres, des billets disponibles pour plus de 100 destinations à des tarifs hyper attractifs.

Vous faites Paris-Lyon entre 20 et 25 euros ; Nantes-Brest, de 10 à 20 euros. Sans compter des ristournes de 10% pour les jeunes et les retraités qui sont les cible privilégiés de ces transporteurs. Tout cela dans des bus très confortables, disposant de sanitaires, dotés du wifi.

15.000 créations d'emploi ?

À écouter aussi

Cette croissance va-t-elle se faire au dépend de la SNCF ? C’est plutôt BlaBlaCar qui doit s’interroger. Car les modèles étrangers montrent que la coexistence avec les bus est positive pour le rail. Le train conserve de beaux atouts (implantation des gares au cœur des villes, absence de péage). Ce n'est pas le cas des gares routières françaises, souvent moyenâgeuses et isolées en périphérie.

En revanche, la poussée du car va se traduire en emplois. De 10 à 15.000 créations nettes, selon les experts. Il faudra des chauffeurs professionnels mais aussi des spécialistes de la réservation, de l’informatique, de l’accueil, de l’entretien automobile de la sécurité. Si la rationalité l’emporte, on peut assister à l’émergence d’un véritable écosystème.

RTL vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/