1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Renault : le "dieselgate" n'a pas fait plier Volkswagen
1 min de lecture

Renault : le "dieselgate" n'a pas fait plier Volkswagen

Renault est dans l'oeil du cyclone après les révélations de la répression des fraudes sur le diesel. VW n'avait pas été impacté sur ses ventes.

Un modèle de Volkswagen exposé à Dusseldorf
Un modèle de Volkswagen exposé à Dusseldorf
Crédit : PATRIK STOLLARZ / AFP
Renault : le "dieselgate" n'a pas fait plier Volkswagen
02:02
Renault : le "dieselgate" n'a pas fait plier Volkswagen
02:04
Christophe Bourroux & Loïc Farge

Renault est soupçonné par la Répression des fraudes d'avoir mis en place des "stratégies frauduleuses" depuis plus de 25 ans pour fausser des tests d'homologation de certains moteurs, des accusations dont le constructeur s'est défendu catégoriquement, et qui rappellent le scandale des moteurs diesel truqués chez Volkswagen. Malgré un titre qui après le scandale a dévissé de 40% à la bourse, une ardoise colossale de 20 milliards de dollars et une tempête médiatique sans précédent, le groupe allemand  plié mais n'a pas rompu. Bien au contraire : VW est passé numéro un mondial des ventes devant Toyota.

Il n'y a pas eu de boycott de la part des consommateurs en concession.  Ceux-ci ont plutôt jeté la suspicion sur l'ensemble des marques. Autrement dit : les automobilistes ont le sentiment que tout le monde triche, comme l'avait démontré en octobre dernier une étude de l'observatoire de l'automobile Cetelem. Ensuite, si l'intérêt écologique est fort, il ne se traduit pas forcément en acte d'achat en concession. Le critère numéro un (et de loin), c'est le prix, devant la fiabilité et la solidité des modèles. Sur ce dernier point, les Allemands ont toujours une image forte.

Le scandale Volkswagen aura eu au moins le mérite de mettre la lumière sur les tests d'homologation, qui bientôt vont évoluer. À partir de septembre, pour être homologué, un véhicule devra désormais passer deux tests : un en laboratoire, comme aujourd'hui, et un autre sur route.

Toutefois, pour éviter de recaler trop de voitures et ne pas bousculer une industrie forte de 12 millions d'emplois sur le Vieux continent, la Commission européenne a mis en place des seuils de tolérance pour la pollution : 110% dans un premier temps, puis 50 % à partir de janvier 2020.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/