3 min de lecture Renault

Renault : 4 questions pour comprendre les soupçons de trucage

ÉCLAIRAGE - Selon un rapport de Bercy, que RTL a pu consulter, 900.000 voitures du constructeur français sont concernées.

>
Renault : 4 questions pour comprendre les soupçons de trucage Crédit Image : FABRICE COFFRINI / AFP | Crédit Média : Christophe Bourroux | Durée : | Date :
ClaireGaveau
Claire Gaveau
et Christophe Bourroux

Le "Renaultgate" après le "Volkswagate" ? La menace est réelle pour le constructeur automobile français. Une enquête réalisée par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) pointe du doigt certaines irrégularités sur le niveau de pollution des moteurs diesel de la marque.

Dans ce rapport de 39 pages, que Libération et RTL ont pu consulter, le gendarme de Bercy dénonce des écarts importants entre les tests en laboratoire et les tests sur route. Au total, 900.000 véhicules pourraient être impliqués dans ce nouveau scandale qui se profile, selon les chiffres annoncés par Bercy. Soit un chiffre d'affaires de 16,8 milliards d'euros pour le constructeur automobile. Une estimation tout de même bien loin de la polémique chez Volkswagen. Cette dernière concernait pas moins de 11 millions de véhicules. 

1. Qu'est-il reproché à Renault ?

Après ce "Volkswagate", le gouvernement avait confié une enquête à la DGCCRF afin de faire la lumière sur ces opaques émissions polluantes de toutes les voitures commercialisées en France. La marque Renault n'a donc pas échappé à cette enquête qui a donc débouché sur ce rapport accablant. Selon le procès-verbal, la gendarme de Bercy soupçonne le constructeur automobile d'avoir installé un "dispositif frauduleux" afin de fausser des tests sur les émissions de polluants des moteurs. Autrement dit, le constructeur automobile "a trompé les consommateurs sur les contrôles effectués et notamment le contrôle réglementaire de l'homologation sur les émissions de polluants".

À lire aussi
Carlos Ghosn, PDG de Renault, ici en 2006 lors d'une conférence de presse Renault
"Avec 7 millions d'euros par an, Ghosn est trop payé", fustige l'un des actionnaires de Renault

Deux véhicules sont particulièrement visés par ces nouvelles accusations, qui alimente encore un peu plus les critiques autour du diesel : le Renault Captur et la Clio IV, avec un dépassement des normes respectivement de 377 % et 305%.

2. Comment réagit Renault ?

Le groupe Renault a réaffirmé ce mercredi 15 mars qu'il respectait les règles d'homologation des véhicules, alors qu'une information judiciaire a été ouverte pour "tromperie". "Renault rappelle qu'aucun de ses services n'a enfreint les règles, européennes ou nationales, relatives à l'homologation des véhicules. Les véhicules ne sont pas équipés de logiciels de fraude aux dispositifs de dépollution", a assuré l'entreprise dans un communiqué.

En janvier dernier, Carlos Ghosn avait déjà évoqué cette affaire assurant qu'il n'y avait "pas de tromperie" chez Renault. "La première question qui s'est posée c'est de savoir s'il y a des installations trompeuses, la réponse est non. La deuxième question c'est de savoir si nous suivons les normes, oui nous suivons les normes. Il ne faut pas laisser un doute sur le fait que la marque triche, ou que la marque ne collabore pas, ou que la marque n'est pas transparente", détaillait-il.

Ce mercredi, la CGT de Renault a déploré que l'image de l'entreprise soit "fortement ternie par ces révélations" et appelé la direction à "faire toute la lumière sur cette affaire qui traîne depuis trop longtemps et pour laquelle elle n'a pas daigné donner la moindre information aux organisations syndicales".

3. Que risque Renault ?

Si les soupçons sont forts, il n'y a cependant pas encore de preuves. Une chose est sûre, le PDG de Renault est en première ligne dans cette affaire qui dure depuis de longs mois et qui pourrait avoir de lourdes conséquences pour la marque française en cas de tricherie avérée. L'affaire est prise très au sérieuse dans les rangs du constructeur qui risque une amende de 3,5 milliards d'euros.

Lors de la présentation des résultats financiers de la marque, Carlos Ghosn avait bien précisé qu'aucun provision n'avait été mise en place pour faire face à d'éventuelles conséquences financières de l'affaire. 

4. Comment réagissent les clients ?

Une affaire qui concerne directement les usagers et clients de la marque. Des associations, France Nature Environnement et UFC Que choisir notamment, ont décidé d'attaquer Renault en se constituant partie civile. "Aujourd'hui on voit bien que c'est un scandale qui ne s'arrête pas. On parle de chaque constructeur automobile tour à tour. Ils sont tous soit en justice, soit en procédure pour l'être. On voit bien que c'est un problème généralisé et c'est encore plus grave de voir qu’un tel groupe à cette stratégie depuis 2009, c'est-à-dire que les citoyens ne connaissent pas l'intégralité de leur fonctionnement de leur véhicule", déplorait Charlotte Le Pitre, au micro de RTL.

Si les internautes ne sont guère surpris par ces révélations, certains usagers sont malgré tout désabusés". "C'est nous qui subissons, moi j'ai acheté un Captur sans qu'on m'informe que ce véhicule pollue mais on ne va pas faire une révolution", déplore un premier utilisateur. Mais d'autres se montrent beaucoup plus vindicatifs : "On se fait arnaquer et c'est choquant. Surtout quand on vient demander à la population d'avoir des périodes où on s'arrête lorsqu'il y a trop de pollution... C'est que le business qui compte". 

Renault : êtes-vous surpris par les accusations de tricherie ?
Nombre de votes : 8449 *Sondage à valeur non scientifique
>
Comment réagissent les usagers de Renault après ces révélations ? Crédit Image : LOIC VENANCE / AFP | Crédit Média : Raphaël Vantard | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Renault Carlos Ghosn Pollution
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7787677893
Renault : 4 questions pour comprendre les soupçons de trucage
Renault : 4 questions pour comprendre les soupçons de trucage
ÉCLAIRAGE - Selon un rapport de Bercy, que RTL a pu consulter, 900.000 voitures du constructeur français sont concernées.
http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/renault-x-questions-pour-comprendre-les-soupcons-de-trucage-7787677893
2017-03-15 13:29:53
http://media.rtl.fr/cache/fZ55FqJzSWtqleA_aKF8jw/330v220-2/online/image/2017/0315/7787678113_carlos-ghosn-patron-du-constructeur-automobile-renault.jpg