2 min de lecture Économie

Rachat d'Alstom : un veto de l'Etat "tout à fait possible", dit Montebourg

Le ministre de l'Economie a assuré que l'Etat n'hésiterait pas à utiliser le décret "Alstom" pour protéger l'entreprise, si un "bon accord" n'était pas trouvé.

Arnaud Montebourg, a invité des acheteurs publics à la projection de "Made in France".
Arnaud Montebourg, a invité des acheteurs publics à la projection de "Made in France". Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
Nicolas Marischaël avec sa famille dans son atelier-boutique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

L'Etat pourrait utiliser le "décret Alstom" pour protéger l'indépendance énergétique de la France, a affirmé jeudi 15 mai son inspirateur, le ministre de l'Économie Arnaud Montebourg, sur France 2

Interrogé sur la possibilité que ce décret soit effectivement utilisé dans le dossier Alstom, il a répondu: "Bien entendu, puisque Alstom est une entreprise hautement stratégique" en rappelant qu'elle assurait la maintenance et fabriquait les turbines des centrales nucléaires françaises.

"Une indépendance énergétique comme la nôtre (...) Alstom y joue un rôle tout à fait prépondérant et crucial. C'est donc tout à fait possible si nous n'arrivons pas à un bon accord, soit avec General Electric, soit avec d'autres, c'est le cas aujourd'hui de Siemens (...)".

Protéger les entreprises stratégiques françaises de visées étrangères

Le "décret Alstom" est destiné à "construire des alliances" et non à "bloquer" les investissements étrangers, a également déclaré Arnaud Montebourg. "Notre philosophie, ce n'est pas de bloquer, c'est de construire des alliances", a déclaré le ministre sur le plateau du journal télévisé de 20H00.

À lire aussi
Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire lors d'un point presse, le 29 octobre 2020 à Paris. confinement
Confinement : la dette publique française devrait atteindre 119,8% du PIB en 2020

"Ce qu'on a fait avec Peugeot Citroën. Nous avons fait une alliance avec les Chinois. L'Etat a pris 14% du capital (de PSA) et les Chinois de Dongfeng ont pris 14% du capital. C'est une alliance équilibrée", a-t-il estimé. Arnaud Montebourg a également signifié que c'est ce type d'alliance qu'il souhaite mettre en place concernant le groupe industriel Alstom. "C'est ce que nous avons proposé à General Electric, qui ne nous a pas encore répondu", a-t-il affirmé.

Le dispositif publié au Journal Officiel jeudi, qui étend un décret de 2005 à cinq nouveaux secteurs jugés stratégiques (énergie, transport, eau, télécoms et santé), intervient alors que l'américain General Electric (GE) et l'allemand Siemens cherchent à reprendre la majeure partie des actifs du groupe industriel français Alstom, un dossier dans lequel l'Etat cherche à faire pression.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Arnaud Montebourg Alstom
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants