1. Accueil
  2. Actu
  3. Economie et Consommation
  4. Prime à la casse : ce qu'il faut savoir avant de changer sa vieille voiture
2 min de lecture

Prime à la casse : ce qu'il faut savoir avant de changer sa vieille voiture

ÉCLAIRAGE - Le gouvernement offrira à partir de l'année prochaine jusqu'à 2.000 euros aux automobilistes vendant leur vieille voiture.

Un vendeur de voitures (illustration)
Un vendeur de voitures (illustration)
Crédit : JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Claire Gaveau
Journaliste

Le retour de la prime à la casse. À partir de l'année prochaine, le gouvernement a annoncé qu'il allait offrir une aide financière aux automobilistes afin de les inciter à remplacer leurs vieilles voitures pour en acquérir une plus récente, neuve ou d'occasion. Une mesure anti-pollution qui fait partie des quatre annonces phares du plan climat de Nicolas Hulot.

Dans une interview à Libération, le ministre de la Transition écologique a présenté le nouveau mécanisme, qui généralise un dispositif auparavant réservé aux voitures neuves et aux ménages non imposables. "C’est une mesure qui portera ses fruits, j’en suis certain. La prime à la conversion, à laquelle à peu près 3 millions de voitures anciennes et polluantes seront éligibles, s’adresse donc à tous les Français, mais elle sera modulée en fonction des conditions de ressources", a expliqué Nicolas Hulot.

Ainsi, dès l'année prochaine, les automobilistes désireux de remplacer leur vieille voiture par un véhicule neuf ou une occasion récente pourront bénéficier d'une prime de 1.000 euros voire 2.000 euros pour les personnes non-imposables.

Quelle voiture sont concernées ?

Pour bénéficier de ce coup de pouce financier, la voiture vendue devra être d'avant 1997 si elle est à essence. Pour les véhicules diesel, les voitures devront dater d'avant 2006 si les personnes sont non-imposables, ou 2001 si les personnes sont imposables.

À lire aussi

Les dates de mise en circulation ne sont pas les seuls critères à respecter afin d'être éligible à la prime à la casse. Ainsi, la voiture achetée devra porter la vignette Crit'Air 0, 1 ou 2, selon les déclarations de Nicolas Hulot. En cas d'achat d'une voiture d'occasion, celle-ci devra donc être immatriculée après les 1er janvier 2006 pour les voitures essence ou après le 1er janvier 2011 pour les voitures diesel.

Quid des voitures électriques ?

Dans ce large dispositif, les voitures électriques ne sont pas oubliées. C'est pourquoi le gouvernement va mettre en place une prime à la conversion d'un montant de 2.500 euros en cas de passage à l'électrique. Cette somme s'ajoutera au bonus déjà existant dont le montant est maintenu à 6.000 euros.

Quel objectif pour le gouvernement ?

Le gouvernement vise un objectif de 100.000 voitures bénéficiant de la prime en 2018, pour la première année du système. Le coût de la prime doit en principe être financé par le malus, la taxe sur les véhicules neufs les plus émetteurs de CO2. Le seuil de déclenchement du malus sera d'ailleurs abaissé, à 120 grammes de CO2 par kilomètre contre 127 grammes actuellement.

La rédaction vous recommande

Si de nombreux spécialistes ont salué cette annonce, la prime ne devrait pas avoir d'effets importants sur les prix des voitures récentes. Certains professionnels regrettent d'ailleurs que le gouvernement n'ait pas forcé un peu plus la dose avec une prime davantage incitative.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/