1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Pourquoi les prix de certains fruits et légumes explosent
2 min de lecture

Pourquoi les prix de certains fruits et légumes explosent

VU DANS LA PRESSE - À cause de l'épisode de gel du printemps dernier, de nombreuses récoltes ont été endommagées, ce qui s'ajoute à la hausse des tarifs déjà constatée l'an passé.

Un étal de fruits et légumes à Montpellier (Illustration).
Un étal de fruits et légumes à Montpellier (Illustration).
Crédit : Pascal GUYOT / AFP
Florine Boukhelifa

Pendant la période estivale, les fruits et légumes de saison sont idéaux pour se rafraîchir. Cette année pourtant, faire des salades en tout genre va coûter bien plus cher que les années précédentes.

"On n'a jamais connu ça ces dernières décennies", déclare Stéphanie Prat, directrice de la Fédération nationale des producteurs de fruits (FNPF), auprès du journal Ouest-France. Il faut dire que les récoltes n'ont pas été épargnées ces derniers mois, notamment à cause de l'épisode de gel survenu au printemps dernier. À l'époque déjà, les producteurs de fruits et légumes alertaient sur les nombreuses pertes à venir.

Ainsi, "on estime pour les abricots, 60 à 70% de pertes et pour les cerises 65%. C'est un peu moins pour les pêches et nectarines : 40% environ. On constate aussi une baisse de volume, environ 30%, pour les prunes, poires, pommes, raisons, mais elle sera moindre et passera inaperçue pour les consommateurs", poursuit Stéphanie Prat au près du quotidien. Si certaines filières s'en sortent mieux que d'autres, les professionnels du secteur ont tout de même constaté un véritable effondrement de la production des fruits d'été.

Un impact sur la quantité, mais pas sur la qualité

Avec moins de fruits et une demande qui se maintient, la conséquence est une hausse des prix. Malgré une hausse des tarifs déjà significative l'année dernière, notamment en raison de l'épidémie de coronavirus, il faudra donc payer encore plus. Par exemple les cerises, pour lesquelles il faut débourser 8 à 10 euros pour un kilo, soit 20 à 30% plus chères qu'en 2020. Sont également concernés les abricots dont le prix augmente de 10 à 15% pour atteindre 4,50 euros le kilo.

À lire aussi

En revanche, aucune inquiétude à avoir concernant le goût des fruits. "Certains seront visuellement marqués par ce gel de printemps", avertit la directrice de la FNPF, "on peut avoir certains fruits entourés d’un anneau marbré, d’autres peuvent présenter des noyaux et une chair noircis. Voyant ces fruits moins beaux, certains consommateurs risquent de penser à tort qu’ils sont moins bons et ne pas les acheter. C’est faux !"

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/