1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Plusieurs indicateurs économiques passent au vert
2 min de lecture

Plusieurs indicateurs économiques passent au vert

REPLAY / ÉDITO - L'économie française semble repartir. De nombreux indicateurs en témoignent, entre autres les prévisions optimistes de Bruxelles sur le déficit tricolore.

Plusieurs indicateurs économiques passent au vert
03:20
Plusieurs indicateurs économiques passent au vert
03:21

En mai, il y a les "ponts", mais aussi l’apparition de bonnes nouvelles sur le front économique. Beaucoup d’indicateurs passent au vert en ce moment.

Le premier nous a été livré en début de semaine par la Commission de Bruxelles. Ses experts, toujours très vigilants sur l’état de notre économie, sont plus optimistes que notre propre gouvernement pour cette année. Sauf catastrophe internationale, notre rythme de croissance va enfin franchir la barre des 1%.
Insuffisant pour faire des claquettes, et encore moins pour créer de l’emploi net, mais c’est un véritable décollage. On sort des sables mouvants. On va pouvoir s'agiter sans risque et profiter de la reprise très vive de nos voisins et clients : + 2,8 % en Espagne, 2,6% en Grande-Bretagne, et 1,9% en Allemagne. Bonnes perspectives à l'horizon pour nos entreprises.

Les entreprises au rendez-vous

Deuxième bonne nouvelle : les industriels prennent au sérieux les perspectives qui encore plus favorables qui s'annoncent pour 2016. Pour ce millésime, la croissance est prévue à 1,7% en France. Ils intègrent déjà cette évolution dans leurs plans de travail, retrouvent un peu de dynamisme et surtout le goût d'investir.

La faiblesse de l’euro et celle des taux d’intérêt ne sont pas, bien sûr, étrangères à ce mouvement. Ce dernier tombe à pic, car l’investissement est la clé d'une vigueur recouvrée pour notre économie. Selon l’Insee, les chefs d’entreprise vont augmenter leurs dépenses pour l’avenir de 7% cette année. C’est quatre point de plus que l’enquête de février.

À lire aussi

Pour être franc, la puissance de ce rebond n’avait pas été décelée. Cela pourrait être un moteur durable de la reprise. D'abord par son poids : l’industrie, c’est plus de 25 % du total de l’investissement productif en France. Ensuite par son impact à long terme : de nouvelles machines et de nouveaux équipements, cela va moderniser et structurer notre tissu économique. Enfin pour son rôle sur l’emploi : sans investissement, pas de création de jobs. Ce n'est jamais immédiat, mais c’est la clé qui ouvre la porte des embauches.

Le moral des ménages au plus haut depuis 2009

Troisième face du triangle : les ménages retrouvent aussi du tonus. La sinistrose tricolore, qui avait des cotes surréalistes, se dissipe. "Surréalistes" parce que les enquêtes nous décrivaient plus accablés, plus moroses et moins confiants dans l’avenir que les Nigérians en pleine guerre civile et religieuse, ou les Afghans.

Ce gros coup de spleen collectif est en train de s’effacer. Le moral des Français n’a jamais été aussi haut depuis fin 2009, selon l’enquête de l’Insee. Les derniers chiffres sur la consommation privée, qui devrait encore tirer l’activité en 2015, conforte ce regain de confiance.

Un joli bouquet pour franchir tous les "ponts" de mai. Reste à en prendre soin dans les mois qui viennent.

La note du jour

13/20 à la nouvelle direction de la RATP. La régie des transports parisiens va se lancer dans le covoiturage urbain. Premiers tours de roues dès cet été entre le centre de Paris et la Défense. Mais c'est en banlieue que l'expérience pourrait donner son plein rendement.

RTL vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/