1. Accueil
  2. Actu
  3. Economie et Consommation
  4. Plan de relance : 10 milliards d'euros consacrés à la rénovation de nos villes et villages
3 min de lecture

Plan de relance : 10 milliards d'euros consacrés à la rénovation de nos villes et villages

Sur les 100 milliards d'euros du plan de relance annoncé par l'État, 10 financeront divers projets pour rendre nos communes plus attractives.

Le ministère de l'Économie et des Finances, communément appelé "Bercy" (illustration)
Le ministère de l'Économie et des Finances, communément appelé "Bercy" (illustration)
Crédit : AFP / FRED DUFOUR
Le plan de relance pour les collectivités locales validé par le gouvernement
03:09
Le plan de relance pour les collectivités locales validé par le gouvernement
03:09
L'Eco and You - Martial You
Martial You
Journaliste

Le plan de relance de 100 milliards annoncé par le gouvernement peut sembler un peu abstrait pour nous. Et pourtant, 10 milliards vont venir aider nos villes et nos villages. Et cela, c'est très concret.

Par exemple à Joze, dans le Puy de Dôme, le plan de relance finance un tiers des travaux de rénovation énergétique de l'école (17.000 euros). À Domme, en Dordogne, on va engager des travaux au musée des traditions et des arts populaires de la commune grâce à une enveloppe de 350.000 euros. À Gouzeaucourt, dans le Nord, on va créer une maison de santé et un guichet de services publics, les fameuses "Maisons France Service". À chaque fois, la subvention permet de relancer des projets et c'est aussi un effet de levier car les communes peuvent obtenir des prêts complémentaires des banques plus facilement.

Est-ce qu'on ne va pas encore arroser le sable avec des subventions publiques qui n'ont pas de raisons d'être ? C'est le risque mais le chat échaudé de Bercy se méfie. Le processus de déblocage des fonds est un peu différent de d'habitude.

9.000 projets financés au total

Là, c'est piloté par les préfets. Il faut avoir un projet local clairement identifié avec un plan de financement pour pouvoir obtenir l'argent de France Relance. On ne débloque pas les fonds sans savoir pourquoi ce qui était souvent le défaut des plans publics auparavant et ces enveloppes servaient finalement à faire plaisir à tel ou tel maire local.

À lire aussi

Là, on a déjà débloqué la moitié des 10 milliards. On va financer 9.000 projets (sur 36.000 communes, ce n'est pas négligeable), 2.000 bâtiments scolaires qui sont des passoires énergétiques, créer 70 centres médicaux de proximité, inaugurer 1.300 km de pistes cyclables... Ce sont des investissements qui vont se voir.

On ressoude le socle républicain et on renoue avec l'impôt

Martial You

Et ce genre de programme a plusieurs mérites. Par rapport à la peur de déclassement de la France périphérique qui avait donné naissance aux "gilets jaunes", l'Etat se montre présent. Et on a vu avec le confinement et la crise qu'on traverse que les français sont revenus vers leurs commerces de proximité. 

Le télétravail et le confinement rend aussi des villes moyennes à moins de 2 heures des grandes agglomérations plus attractives mais il faut des services publics et une bonne couverture télécom/internet. Par rapport aux problématiques environnementales pour développer la rénovation énergétique des bâtiments, on a des moyens financiers à mettre en face. Par rapport à la grogne des maires qui perdent les leviers financiers avec la fin de la taxe d'habitation, vous avez aussi une réponse et des financements.

Et puis, pour le citoyen, on ressoude le socle républicain et on renoue avec l'impôt. C'est sans doute le plus important à mes yeux. L'erreur majeure du quinquennat Hollande a été de faire passer le nombre de foyers imposés sur le revenu sous les 50%... Moins d'une famille sur 2 paie l'impôt sur le revenu aujourd'hui. Et bien, c'est terrible pour la cohésion du pays car l'impôt, c'est ce qui permet d'entretenir. C'est là qu'on adhère à l'impôt et à l'Etat. 

Le plus : le coronavirus ne fait pas les affaires des marchands de sirop contre la toux

Avec les gestes barrières, pas de grippe saisonnière, pas de gastros... Cela s'est traduit par une chute de 54% des sirops contre la toux, de 36% de l'antibiotique pénicilline, -36% aussi pour les sprays nasaux par exemple.

La note : 17/20 pour le département du Val-d'Oise

C'est une bonne nouvelle pour ce département de la lointaine banlieue parisienne qui est souvent le grand oublié des politiques d'aménagement du territoire dans la région. Ce vendredi, Jean Castex va confirmer que la Ligne 17 du métro "Grand Paris" ira jusqu'au triangle de Gonesse où des entrepôts de marchandises vont aussi s'implanter dans le cadre de l'extension du marché de Rungis.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/