2 min de lecture Coronavirus France

Paris en alerte maximale : pourquoi les bars ferment et non les restaurants

ÉCLAIRAGE - Les bars vont fermer à Paris, alors que les restaurants vont voir leur protocole sanitaire renforcé. Le risque de contamination est avéré.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Paris en alerte maximale : pourquoi les bars ferment et pas les restaurants Crédit Image : BERTRAND GUAY / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Sophie Aurenche édité par Paul Turban

Les indicateurs épidémiques ne sont pas bons dans plusieurs villes comme Paris, Lyon, Lille ou encore Toulouse. Ils ont franchi le seuil de l’alerte maximale dans plusieurs de ces métropoles, entraînant la fermeture des bars, et un protocole sanitaire renforcé dans les restaurants. Mais les bars et les restaurants sont-ils vraiment des lieux de contamination ?

On a dénombré une cinquantaine de clusters dans les bars et restaurants rien que la semaine dernière, selon Santé Publique France : 40 dans les restaurants, 10 dans les bars. Il s'agit de cas groupés chez les employés des établissements, les serveurs, les cuisiniers, etc. 

Les contaminations qui concernent les clients sont classées dans la catégorie "rassemblements temporaires de personnes" : sur les 311 repérés depuis mai, 10 l’ont été dans les bars. 

Des chiffres qui restent faibles

Les clusters sont beaucoup plus difficiles à remonter que dans un mariage ou une fête où l’on connaît les invités : les restaurants n’ont pas forcément les coordonnées des clients. Dans les bars, on ne connaît pas toujours le nom des personnes avec qui l’on a discuté : ce chiffre de 10 est donc forcément sous-estimé

À lire aussi
Une attestation de sortie du premier confinement (Image d'illustration). Coronavirus France
Confinement : découvrez la nouvelle attestation de déplacement

Mais tous les médecins, les scientifiques sont unanimes pour dire que ce sont des lieux à risque, les derniers finalement où l’on ne porte pas de masques. Dans un bar, l’heure avançant, la musique est plus forte, on doit parler plus fort, plus près de son voisin, on projette plus de gouttelettes potentiellement contaminées. On est debout, l’un contre l’autre, un verre à la main. 

Les études confirment cette intuition

Deux types d’étude le confirment : une étude chinoise qui portait sur les circuits de climatisation et d’autres sur les clients eux-mêmes. L’étude chinoise montre qu'une personne malade dans un restaurant peut contaminer d’autres clients à l’opposé de la salle à cause des systèmes de climatisation qui propagent des gouttelettes sur plusieurs mètres, et ce, quel que soit le nombre de personnes dans le restaurant.

La dernière étude en date, un travail américain, a été publiée en septembre. Elle porte sur plus de 300 personnes venues se faire dépister. Conclusion : les personnes infectées étaient 2,8 fois plus nombreuses à être allées dans un restaurant, 3,9 dans un bar. Le risque est donc considérablement accru. 

Mais ce sont loin d'être les seuls lieux à risque. Les universités et les lycées représentent un tiers des clusters en cours d’investigation : 40 foyers à la fac rien qu’à Paris selon Anne Hidalgo. D’autres mesures seront sans doute annoncées ce lundi 5 octobre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Coronavirus Épidémie
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants