1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Les mairies ont assaini leurs comptes grâce aux impôts
2 min de lecture

Les mairies ont assaini leurs comptes grâce aux impôts

ÉDITO - La Cour des comptes s’est plongée dans les finances 2015 de nos collectivités locales. Bonne nouvelle : elles sont en forme financière. On les croyait pourtant aux abois.

Un avis d'imposition de la taxe d'habitation (image d'illustration)
Un avis d'imposition de la taxe d'habitation (image d'illustration)
Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Les mairies ont assaini leurs comptes grâce aux impôts
00:02:54
Les mairies ont assaini leurs comptes grâce aux impôts
00:02:59
Loïc Farge
Loïc Farge

Nos collectivités locales, que l’on croyait au bord de l'AVC financier, ont en réalité maintenu leur train de vie sans trop de problème, grâce à de subtiles stratégies. D'abord en conduisant le gouvernement à réduire ses coupes dans les dotations budgétaires : les élus dénonçaient 3,5 milliards de taille. Dans la réalité, elles n’ont pas dépassé 630 millions. Ensuite, fortes de leurs annonces alarmistes, les collectivités ont fait passer de solides rafales d’augmentation d’impôts locaux.

La hausse des nos impôts et taxes de tous types n’a jamais été aussi lourde depuis 2011, date de la réforme de la fiscalité locale : 5,9 milliards d’augmentation pour l’ensemble des communes, départements et régions. La seule satisfaction, c’est que le résultat est positif : nos collectivités affichent globalement - et c’est une première depuis une décennie - un solde positif entre dépenses et recettes. Cela signifie aussi qu’il y a eu un petit coup de frein aux dépenses. Même si, malheureusement, ce très léger tour de vis n’aura concerné que les investissements.

La hausse des nos impôts et taxes de tous types n’a jamais été aussi lourde depuis 2011

Christian Menanteau

On remarquera aussi que ce sont les communes qui manient plus facilement la fiscalité qui ont le plus amélioré leur bilan financier. Les départements, lestés par les dépenses sociales en hausse continue, et les régions sont moins bien loties.

Ces bons bilans vont-ils durer ? Ce n’est pas l’hypothèse la plus probable. Deux éléments vont contrarier une évolution positive des comptes. D'abord, nos élus ne pourront plus crier aux loups. Cela ne marche qu’une fois. En 2017, les transferts de l’État vont donc réellement baisser. Ensuite, parce qu’il va falloir entrer dans un cycle de bonne gestion et de maîtrise sérieuse de la dépense. Et là ce n’est pas gagné : 20% seulement des collectivités font travailler leurs agents (dont le nombre a augmenté de 27% en douze ans) 1.607 heures par an, le minimum réglementaire. Les récentes réformes et un clientélisme local endurant ne devraient rien arranger. Au moins à court terme. Il faut le regretter, car cela ne présage rien de bon pour le niveau de nos impôts locaux.

Le bloc notes

À lire aussi

Un agriculteur sur trois gagne moins de 354 euros par mois, selon la Mutualité sociale agricole.

La note du jour

11/20 à Corsica Linea. L'ex-SNCM a réussi son premier exercice estival grâce au fret. Il lui faut maintenant conquérir les passagers.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/