1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Les banques anglaises tentées davantage par Francfort que par Paris
2 min de lecture

Les banques anglaises tentées davantage par Francfort que par Paris

ÉDITO - Le lancement officiel du Brexit a donné le coup d'envoi d'une compétition féroce entre les pays de l'Union européenne pour l'accueil des grands établissements financiers qui vont quitter Londres.

Le siège social de la Deutsche Bank à Francfort (illustration).
Le siège social de la Deutsche Bank à Francfort (illustration).
Crédit : DANIEL ROLAND / AFP
Christian Menanteau: une vingtaine d'établissements bancaires veulent quitter Londres pour Francfort
02:58
Les banques anglaises tentées davantage par Francfort que par Paris
03:03
Loïc Farge
Loïc Farge

Les enjeux justifient cette course entre les grandes capitales du Vieux continent. Outre le prestige d'accueillir des sièges d'entreprises au rayonnement mondial, il y a à la clé les métiers de la finance qui sont de grands pourvoyeurs d'emplois hautement qualifiés mais aussi de services juridiques, fiscaux de haute volée. Bref de jobs très bien rémunérés qui consomment et qui payent de l'impôt. Par ailleurs, tous les gouvernements apprécient d'avoir au plus près ces grands acteurs dont les décisions pèsent sur leur politique économiques. C'est si vrai que Bruno Le Maire sera dès mercredi 28 juin à New York pour convaincre les banquiers américains que Paris leur ouvre les bras.

Les charmes de Paris sont mondialement connus. Mais dans ce type de compétition, les critères de sélection sont très particuliers. Dublin, avec sa culture anglo-saxonne et ses impôts symboliques, ne manque pas d'arguments. Amsterdam compte sur son droit des affaires très coulant. Et puis il y a Francfort. La lucidité commande de reconnaître que cette dernière est en pole position.

Économiquement, ce serait le mercato de la décennie pour l'économie allemande

Christian Menanteau

Le centre financier allemand bénéficie de la stabilité réglementaire et administrative des gouvernements allemands. Sur ce terrain très sensible, nous sommes en queue de peloton. Son deuxième atout : les salaires, comme le prix de l'immobilier, y sont beaucoup moins élevés qu'à Paris.

Autre facteur : Francfort est une ville facile à vivre, dont les liaisons avec le reste du monde sont faciles. Le centre est à 15 minutes chrono de l'aéroport international. La comparaison est difficile pour Roissy. Enfin, c'est au bord du Main que se trouve la BCE, les régulateurs de la finance, les réseaux et leurs lobbies. Quand vous travaillez avec l'argent du beurre, autant être au plus près de la laiterie.

À lire aussi

La migration de Londres vers Francfort est engagée. Tout l'indique. C'est pour cela que les autorités françaises tentent de récupérer quelques éléments de la transhumance. Il faut faire vite. Ll'emblématique Goldman Sachs va doubler ses effectifs à Francfort. Le Crédit Suisse, un autre poids lourd, prévoit que les Allemands vont capter l'essentiel des emplois financiers après le Brexit. C'est aussi l'analyse des Japonais de Nomura et Daïwa.

Au total, une vingtaine des plus grands établissements internationaux envisagent de quitter les berges de la Tamise pour celles du Main. Économiquement, ce serait le mercato de la décennie pour l'économie allemande.

Le bloc-notes

Bonne nouvelle pour nos vacances : le pétrole continue de baisser (45 dollars le baril).

La note du jour

15/20 à la 405 Peugeot millésime 1989. On en trouve une en vente sur le site Car&Classic : elle affiche 667.877 kilomètres au compteur.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/