2 min de lecture Croissance

Le hit-parade de la croissance dans la zone euro

REPLAY / ÉDITO - Sur quinze ans (le tout début de l'union monétaire), la Grèce a connu une croissance zéro, alors que d'autres pays ont bien mieux réussi.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Le hit-parade de la croissance dans la zone euro Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet Journaliste RTL

L'euro en Grèce, ça n'a au moins pas marché jusqu'ici. Faisons un petit calcul : celui de la croissance du PIB dans la zone euro depuis la création de la monnaie unique, en 1999, c’est-à-dire la création de richesses économiques supplémentaires sur quinze ans. C'est édifiant. Entre 1999 et 2014, le PIB de la Grèce n'a quasiment pas progressé : il n'a fait que 0,7% sur quinze ans. Cela veut dire croissance zéro, alors que la moyenne de la zone euro à été de +18 % sur la période.

En réalité, il y a eu deux moment différents. D'abord l'ascension, de 1999 à 2007, où le PIB de la Grèce a progressé de 35%, soufflé comme une bulle spéculative. Presque du jour au lendemain, le pays a profité de très bas taux d'intérêt. En 2004, il s'endettait au même prix que l'Allemagne.

L'euro, une double malédiction pour la Grèce

Cela a déclenché une fureur de la dette, pour des dépenses publiques très discutables : l'abaissement de l'âge de la retraite, l'organisation des des Jeux Olympiques avec des infrastructures coûteuses. Tout cela s'est fait avec le complicité des marchés financiers, qui ont apporté l'argent à la Grèce sans sourciller, avec l'assentiment de tous les leaders européens, dont aucun n'a vu le danger arriver.

Et quelques années plus tard, c'est la catastrophe. Tout s'inverse en 2010, avec les effets de la crise économique et financière, et avec ces plans de sauvetage absurdes. La Grèce dévale à grande vitesse la pente qu'elle avait gravie. Son PIB perd plus de 25% en cinq ans. Dans cette phase, l'euro bride les possibilités de redressement, car c'est une monnaie beaucoup trop forte pour un pays effondré.

À lire aussi
MeToo
Grèce : soupçonné de viols sur mineurs, l'ex-directeur artistique du Théâtre national arrêté

L'euro a été finalement une double malédiction pour la Grèce. Il a provoqué un emballement dans la période d'euphorie, et une contraction artificielle dans la période de dépression. Raison de plus pour ne pas mettre toute la responsabilité du désastre sur les épaules des Grecs. Ils ont leur part de responsabilité, dans l'intempérance budgétaire ; mais ils ont été aussi victimes de la mécanique viciée de l'union monétaire.

L'Irlande, grande gagnante de l'euro

On voit que les destins sont très contrastés. À monnaie unique, il n'y a pas croissance unique, loin s'en faut. La France fait quand même +20% sur quinze ans. Ce n'est pas si mal. C'est même un peu mieux que l'Allemagne, qui n'est qu' à +19%. C'est vrai que les premières années de la comparaison sont défavorables à nos voisins, à cause des effets de la réunification allemande, qui les ont plombé.

Outre la Grèce, les deux autres grandes victimes de l'euro, c'est l'Italie - avec un incroyable +3% de croissance sur quinze ans seulement - et le Portugal (+4%).

À l'inverse, les deux stars, ce sont l'Espagne (+26% depuis 1999) et surtout l'Irlande, la grande gagnante de l'euro, avec +50% sur quinze ans.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Croissance Grèce
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants