1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. La ville de Paris attaque Airbnb et quatre autres plateformes en justice
2 min de lecture

La ville de Paris attaque Airbnb et quatre autres plateformes en justice

REPLAY - La municipalité met en demeure Airbnb et quatre autres plateformes de location car elle jugent qu'elles ne respectent pas la loi.

Le logo du service en ligne Airbnb affiché sur un écran d'ordinateur à Paris.
Le logo du service en ligne Airbnb affiché sur un écran d'ordinateur à Paris.
Crédit : Lionel BONAVENTURE / AFP
La ville de Paris attaque Airbnb et quatre autres plateformes en justice
05:56
Christophe Pacaud & Agnès Bonfillon

Armelle Lévy présente sa minute Conso ce lundi 11 décembre. Elle est consacrée à la ville de Paris qui met en demeure Airbnb et quatre autres plateformes de location. Elle juge que leurs annonces sont illégales. Depuis le 1er décembre, pour louer votre logement dans la capitale à des touristes, il vous faut un numéro d'enregistrement. Si vous êtes propriétaires, vous devez donc vous rendre sur le site de la ville de Paris et vous obtenez ce fameux numéro. 

La loi précise que les plateformes sont tenues de désactiver les annonces qui n'ont pas ce numéro d'enregistrement. Mais aujourd'hui, sur les plateformes comme Airbnb, plus de 40.000 annonces, sur les 50.000 à Paris, sont illégales car elles n'ont pas ce numéro.  

La mairie de Paris fait donc la chasse aux meublés touristiques. L'objectif est de recenser les propriétaires qui louent aux touristes pour mieux les contrôler. Ces plateformes sont accusées d'être en partie responsables de la pénurie de logements dans la capitale. Une fois votre logement référencé, la mairie va renforcer les contrôles pour savoir s'il s'agit d'une location occasionnelle ou si vous en faites une activité toute l'année, plus de 120 jours par an, beaucoup plus taxée. 

À écouter également dans le Mag de l'Éco :

Jean-Baptiste Giraud d'économiematin.fr invite ce soir Agnès Beuchet, une auxiliaire de vie du père Noël puisqu'elle a relancé Mako Moulage. "Une idée d'entreprendre et une idée de mère", explique-t-elle. Il y a trois ans et demi, elle s'est penchée sur le secteur des loisirs créatifs qui était en pleine croissance. "J'ai trois enfants et j'avais envie de faire découvrir à mes enfants des jouets qui avaient du sens, des valeurs", explique l'entrepreneuse. Or, selon une étude réalisée par Agnès Beuchet, les gens avaient un souvenir très émotionnel de Mako moulage.

À lire aussi

La mère de famille a donc repris la marque début janvier 2014. Agnès Beuchet préfère capitaliser sur des créations Mako Moulage made in France telles que les fées, les princesses. Elle souhaite favoriser la qualité. Le principe reste le même : je moule, je démoule et je peins. On peut ensuite customiser et personnaliser avec des petits accessoires. 70.000 coffrets ont été vendus l'année dernière

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/