1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Île-de-France : les transports seraient surutilisés mardi et délaissés vendredi
1 min de lecture

Île-de-France : les transports seraient surutilisés mardi et délaissés vendredi

Une étude montre, qu'en raison du télétravail, les transports en commun franciliens sont moins fréquentés le vendredi.

Une rame de métro de la RATP (illustration)
Une rame de métro de la RATP (illustration)
Crédit : MIGUEL MEDINA / AFP
Étienne Bianchi & AFP

Les transports en commun ferrés d'Ile-de-France (métro, tramway, RER, Transilien) sont aussi utilisés qu'avant la crise sanitaire le mardi, et largement délaissés le vendredi, conséquences des nouvelles habitudes du télétravail, selon une étude de l'Institut Paris Region, l'agence d'urbanisme régionale, présentée mardi 30 novembre.

Si les écarts de fréquentation entre les jours ouvrés existaient déjà avant la pandémie, le déséquilibre "s'est considérablement accentué" depuis, avec un niveau de fréquentation à l'heure du pointe vendredi matin inférieur à 24% à ceux des mardis, selon les traces GPS des voyageurs de trois axes de déplacement francilien analysées par le bureau d'études Kisio.

Alors que la fréquentation des trains franciliens est revenue, en septembre et octobre, à 80% de celle de l'avant-Covid, "on a toujours des suroccupations, surtout le mardi et jeudi", estime Sylvie Charles, directrice générale de SNCF Transilien associée à l'étude.

Changements induits par le télétravail

"Cet écart est vraisemblablement attribuable aux nouvelles habitudes du télétravail", estime l'Institut Paris Region. "Avant, le jour creux c'était le mercredi", traditionnel jour pour s'occuper des enfants, a souligné son directeur Fouad Awada. "Aujourd'hui, c'est le vendredi, (...) quand l'envie de prendre les transports est moins forte."

À lire aussi

Selon une simulation, la fréquentation le jeudi devrait augmenter pour dépasser à long terme celle du mercredi. "On risque d'avoir des trains trop chargés mardi et jeudi et de la place lundi et vendredi", a commenté Sylvie Charles.

L'étude préconise une réduction de la fréquentation "de 5 à 10%, selon les lignes, par rapport à la situation d'avant-Covid" et d'étendre aux jours ouvrés le "travail de lissage" des heures de pointe engagé avant la crise entre la région, les acteurs du transport et ceux drainant de nombreux déplacements (grandes entreprises, universités...).

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/