1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Guerre en Ukraine : comment l'Europe veut sortir de l'impasse du gaz russe
2 min de lecture

Guerre en Ukraine : comment l'Europe veut sortir de l'impasse du gaz russe

ÉCLAIRAGE - Les 27 pays de l'UE ont trouvé un accord lundi qui devrait permettre de réduire de quelque 90% leurs importations de pétrole russe d'ici la fin de l'année afin de tarir le financement de la guerre menée par Moscou en Ukraine.

Une raffinerie appartenant à Gazprom Neft dans la périphérie sud-est de Moscou le 28 avril 2022.
Une raffinerie appartenant à Gazprom Neft dans la périphérie sud-est de Moscou le 28 avril 2022.
Crédit : Natalia KOLESNIKOVA / AFP
ÉCLAIRAGE - Guerre en Ukraine : peut-on se passer du gaz russe ?
00:01:03
ÉCLAIRAGE - Pourquoi l'embargo sur le gaz russe pourrait plomber les finances de Moscou
00:01:02
Bénédicte Tassart

L'autre arme de Vladimir Poutine, c'est le pétrole. Mais c'est une arme qui est en train de se retourner contre lui. Car enfin, les Vingt-Sept ont réussi à se mettre d'accord sur un embargo. Ils vont réduire leurs importations de 90% de pétrole russe d'ici la fin de l'année, ce qui devrait plomber le financement de la guerre. 

La Russie sans l'argent de son énergie, ça casse sa machine de guerre c'est certain. Il y a eu un accord en mars dernier pour se passer du charbon russe, aujourd'hui le pétrole, demain le gaz. Le pétrole russe vendu en Europe, c'est 70 milliards d'euros de recettes l'année dernière. 

Nous Européens, achetons 20% de l'or noir russe, de l'argent qui en temps normal servait à payer le salaire des fonctionnaires et aujourd'hui les armes. Maintenant, premier bémol: la Russie peut se tourner vers d'autres clients comme l'Inde et la Chine. Deuxième bémol : la crise énergétique fait grimper les prix donc la Russie vendra moins mais plus cher. 

Toute la discussion de lundi a porté sur le pipeline Droujba, qui alimente en pétrole notamment la Hongrie, qui a obtenu un délai pour se passer du gaz russe. Dans quelques mois, cet oléoduc sera coupé. À Bruxelles, l'idée c'est donc de réduire de 90% les importations d'ici à la fin de l'année, mais se passer du pétrole russe est-ce faisable ? 

Peut-on se passer du pétrole russe ?

À lire aussi

En tout cas, c'est une sérieuse étape de franchie, mais ça n'a pas été sans mal. C'est plus facile de changer de fournisseur pour le pétrole brut que pour les produits pétroliers raffinés comme l'essence ou le diesel. Exemple : la France achète 20 à 25% de son gazole à la Russie, le gazole venu d'un autre pays va nécessiter des adaptations dans les raffineries. 

Mais le pétrole, ça se transporte facilement, et il y a de nombreux pays producteurs. C'est ce qu'a déjà fait la Lituanie, elle a remplacé son pétrole russe par du pétrole d'Arabie Saoudite. L'Allemagne a déjà réduit sa dépendance des deux tiers. La Hongrie et la Slovaquie vont être aidées et bénéficier d'une période de transition plus longue. L'inquiétude n'est pas tant de remplacer l'or noir de Moscou, mais bien la conséquence sur le prix du baril. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/