2 min de lecture Renault

Fusion avec Renault : une "bonne affaire" pour Fiat, analyse François Lenglet

Les questions montent sur la fusion annoncée lundi par l'Italien Fiat et le Français Renault. Mais, est-ce vraiment une bonne affaire pour Renault et la France ?

Francois Lenglet Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Fusion avec Renault : une "bonne affaire" pour Fiat, dit Lenglet Crédit Image : Kazuhiro NOGI / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Thomas Pierre

Comme toujours dans ces affaires de fusion, il y a du bon et du moins bon. Le bon, c'est la filiale américaine de Fiat, Chrysler et Jeep, qui offre à Renault une ouverture sur le deuxième marché du monde et l'accès à des modèles très rentables pour un constructeur. Le moins bon, c'est Fiat elle-même, qui a vu sa part de marché européen chuter de 9% à 5%, dont la gamme est vieillissante. La seule voiture qui se vend bien, c'est la toute petite Fiat 500, le "pot de yaourt", qui doit être rénovée en 2020.

Est-ce qu'on ne paye pas trop cher pour tout cela ? En effet. Fiat et son actionnaire principal, la famille Agnelli, font incontestablement une bonne affaire. Mais en contrepartie de ce prix, Renault accède à une taille mondiale. Le Français ne peut pas rester seul, il est trop petit et trop centré sur l'Europe. Alors que Nissan l'a repoussé sans ménagement. Il y avait bien sûr d'autres constructeurs possibles, mais pas forcément avec une fusion égalitaire. Renault aurait pu s'associer avec un autre, mais dans des conditions plus difficiles.

Mais il faut voir les choses en face : Nissan ne veut pas de Renault, au-delà des coopérations techniques actuelles. Pas question de fusion. Et il n'y a aucun moyen de les forcer, malgré la participation importante du Français au capital du Japonais. Car Carlos Ghosn avait signé des accords secrets, interdisant à Renault d'intervenir dans la gestion de Nissan. Accords qui avaient été approuvé, en 2015, par le ministre de l'économie d'alors : Emmanuel Macron. L'accord avec Fiat est un bon moyen de sortir de ce tête à tête sans issue, qui condamne aujourd'hui Renault à rester en situation d'infériorité dans l'Alliance.

"Les fusions sont faites pour supprimer des emplois"

Il y a un cas récent difficile, avec la fusion entre Essilor, le N°1 français des verres de lunettes, et Luxoticca, qui fait les montures. Mais il y a aussi des contre-exemples qui marchent : BNP Paribas qui a racheté une grande banque italienne, BNL. En fait, le problème n'est pas l'Italie, mais la fusion 50-50, qui n'est jamais facile. Un jour ou l'autre, il faudra un partenaire dominant pour conduire les affaires.

À lire aussi
Les ministres Edith Cresson et Roland Carraz découvrent le Renault Espace, le 12 juillet 1984, dans la cour de l'Elysée à l'issue du conseil des ministres. automobile
Renault Espace : l'odyssée du premier monospace français, la "voiture à vivre"

On peut le regretter, mais les fusions sont faites pour supprimer des emplois, c'est à dire pour gagner en productivité. C'est l'histoire de l'industrie depuis des siècles, et c'est aussi cela qui a permis l'extraordinaire baisse des prix des produits manufacturés. Si on avait conservé le même nombre de salariés pour faire une voiture qu'en 1899, lorsque Fiat a été créée, la Fiat 500 serait au prix d'une Maserati. 

En plus, Fiat et Renault sont positionnés sur le même segment, le milieu de gamme. Il y aura donc des regroupements de plateformes de fabrication, et des postes de travail en moins, c'est inévitable. Pas forcément des licenciements d'ailleurs, ça peut être des non remplacements de départs à la retraite. 

La contrepartie de ces restructurations à venir, c'est que les entreprises seront plus solides, parce qu'elles vendront davantage. Les emplois qui restent seront donc, eux aussi, plus solides. Restera bien sûr à répartir les efforts entre les usines françaises et les italiennes, si la fusion se fait. Ça nous promet quelques empoignades transalpines. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Renault Fiat Fusion
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants