1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Frais de port des livres : le DG d'Amazon France fustige "une inégalité" entre les Français
2 min de lecture

Frais de port des livres : le DG d'Amazon France fustige "une inégalité" entre les Français

INVITÉ RTL - Selon Frédéric Duval, le directeur général d'Amazon France, la proposition de loi visant à définir un prix plancher pour les livraisons de livres en France, va lourdement impacter les personnes en milieu rural.

Frédéric Duval, le directeur général d'Amazon France
Frédéric Duval, le directeur général d'Amazon France
Crédit : SEBASTIEN BOZON / AFP
Hausse des frais de port des livres : "Ça coûtera 250 millions d'euros aux Français", estime Amazon
04:20
Hausse des frais de port des livres : "Ça coûtera 250 millions d'euros aux Français", estime Amazon
04:20
Yves Calvi_
Yves Calvi - édité par Quentin Marchal

Une proposition de loi visant à protéger les libraires en augmentant les frais de port des livres vendus sur Internet, pourrait être votée ce mercredi 6 octobre. "Cette proposition de loi ne vise pas Amazon, elle vise les Français et va créer une inégalité entre eux en affectant sensiblement leur pouvoir d'achat", a déploré Frédéric Duval, le directeur général d'Amazon France, invité de RTL. 

"Prenons l'exemple d'un livre de poche, qui vaut aujourd'hui 6,50€ sur tout le territoire, un citadin l'achète à ce prix dans sa librairie et une personne dans un milieu rural se le fait livrer pour 6,50€ plus une livraison à un centime", souligne Frédéric Duval, qui revient ensuite sur les conséquences de cette mesure. "Demain, le citadin continuera à acheter son livre à 6,50€ dans sa librairie alors que la personne en milieu rural devra payer 6,50€ plus 4€ de livraison, soit 10,50€", regrette-t-il.

"Je pense que c'est important de le signaler. Cela coûtera environ 250 millions d'euros aux Français, soit une atteinte significative à leur pouvoir d'achat", estime-t-il également. "Le principe de la loi Lang, votée il y a 40 ans, est que le livre doit coûter le même prix partout sur le territoire, or aujourd’hui cet objectif est réalisé grâce à deux réseaux principaux, celui des libraires en ville et celui de l'Internet en campagne et dans les petites villes", soutient Frédéric Duval.

9 communes sur 10 n'ont pas de libraires

"Je suis absolument un supporter des libraires et je pense qu'ils font un boulot extraordinaire de prescription de la nouveauté en centre-ville", a également tenu à souligner Frédéric Duval qui estime que "nous sommes complémentaires des libraires". "70% des titres que je vends sont des titres qui ont plus de deux ans d'existence", révèle-t-il. 

À lire aussi

Le patron d'Amazon France regrette la localisation des libraires dans l'Hexagone. "Aujourd'hui, on a 33.000 communes en France et seulement 3.300 libraires ce qui fait que 90% des communes n'ont pas de librairies", précise-t-il. "Nous offrons aux libraires la possibilité de vendre leurs fonds de stock en ligne et partout en France", se défend Frédéric Duval, vivement opposé à la proposition de loi.

"On ne devrait pas opposer ces deux mondes, on devrait au contraire comprendre qu'ils sont complémentaires et que nous avons besoin des deux composantes pour diffuser le savoir et le livre en France", a-t-il conclu.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/