1. Accueil
  2. Actu
  3. Eco Conso
  4. ÉDITO - Comment la canicule et la sécheresse nuisent à l'économie
2 min de lecture

ÉDITO - Comment la canicule et la sécheresse nuisent à l'économie

Un nouveau pic de canicule est une nouvelle fois attendu en France. Les conséquences en sont multiples : sécheresse, départs de feu, santé d’une manière générale. Les canicules répétées coûtent aussi cher à l’économie.

Un travail lors d'une vague de chaleur à Nantes en juin 2022
Un travail lors d'une vague de chaleur à Nantes en juin 2022
Crédit : Loic VENANCE / AFP
ÉDITO - Comment la canicule et la sécheresse nuisent à l'économie
00:03:31
ÉDITO - Comment la canicule et la sécheresse nuisent à l'économie
00:03:31
Anaïs Bouissou

De la vitamine D, pour l’économie, point trop n’en faut. Notre création de richesse est bien plus météo-sensible qu’on ne le croit. Les variations du climat touchent 70% de notre activité. À 24-25 degrés, vous ressentez un petit coup de mou. Et vous êtes déjà un peu moins productif. À 30 degrés, les transports, l’agriculture, le BTP sont touchés. Au-delà de 33 degrés, l’efficacité de l’économie fond comme neige au soleil. L’Office international du travail, évoque une activité réduite de moitié dans le secteur de la construction par exemple. Il est clair que les vagues répétées de chaleur, cet été pèseront sur la croissance et sur la création de richesse.

Quelques secteurs bien particuliers profitent certes des vagues de chaleur : les produits frais, les climatiseurs et ventilateurs, les piscines aussi, dont les ventes sont en hausse. Mais cela ne suffit absolument pas à compenser les baisses de consommation par ailleurs. Le coup de mou affecte les salariés au travail et sur leur temps libre. Moins d’achats de vêtement, moins de viande consommée, moins de sorties dans la chaleur du bitume ou des transports en commun.

Sans compter les conséquences économiques liées à la santé. Les coups de chaud, les insolations de salariés sur les chantiers, voire les décès. Ils sont rares, fort heureusement, mais 4 accidents du travail pourraient être liés à la chaleur rien qu’au mois de juillet d’après Santé Publique France. Préserver la santé, c’est décaler les activités, voire les mettre à l’arrêt. On ne va pas s’en plaindre évidemment, mais il n’en reste pas moins que cela coûte de l’argent. Et encore, les syndicats européens regrettent qu’on n’en fasse pas assez pour la santé. Ils demandent des règles plus strictes sur la chaleur, et qu’on interdise le travail au-delà d’un certain seuil de température.

Vous ajoutez le coût de la chaleur pour la santé des personnes âgées, ou des très jeunes enfants, les coûts des frais médicaux, les hospitalisations. Et vraiment, le budget canicule pèse lourd. On l’estime entre 20 et 40 milliards rien qu’entre 2015 et 2020. 

Le coût du dérèglement climatique est lunaire à l’échelle mondiale.

À lire aussi

En 2030, la chaleur pourrait coûter à l’économie mondiale, le chiffre astronomique de 2400 milliards de dollars. C’est plus de 2% d’heures de travail perdues, 80 millions d’emplois à la poubelle. On n’a même pas conscience de ce que cela implique en termes de perte de chance pour notre économie. Il y aura certes, moins de chauffage l’hiver, un peu moins de dépendance énergétique, et des espèces nouvelles à cultiver, mais la recherche d’eau et de fraicheur l’été sera source d’encore plus de consommation.

Tout ce qui découle des fortes chaleurs est finalement nuisible. Quand vous chiffrez le coût des incendies, le prix du bois brulé, des terres agricoles ravagées, pour les professionnels, pour les assurances, et à la fin, pour les consommateurs. Quand vous chiffrez le prix des orages, de la sécheresse, sur les récoltes d’une saison, et à l’échelle d’une génération, c’est juste lunaire. Et encore, on ne parle que de l’été, mais les dérèglements vont s’accélérer toute l’année.

Le montant des sinistres climatiques pourrait doubler au cours des 30 prochaines années. Donc si vous trouvez que la canicule cet été est chère payée, vous n’avez encore rien vu. Les coups de soleils entrainent aussi de graves brulures économiques.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qua