2 min de lecture Économie

Coronavirus : tourisme, hébergement, VTC... Ces entreprises victimes du confinement

Frappées de plein fouet par la pandémie de Covid-19 et les mesures de confinement, des plateformes comme Airbnb ou Uber annoncent de vastes plans de licenciements.

Eco_245x300 L'éco and You Martial You iTunes RSS
>
Coronavirus : tourisme, hébergement, VTC... Ces entreprises victimes du confinement Crédit Image : Martin BUREAU / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
L'Eco and You - Martial You
Martial You édité par Venantia Petillault

Les licornes ne voient plus la vie en rose. Du côté des géants de l'économie numérique, la situation se complique : Uber, Airbnb viennent d'annoncer des suppressions d'emplois. 

En effet, Uber a annoncé qu'elle allait supprimer 14% de ses effectifs soit 3.700 salariés et son patron renonce à son salaire jusqu'à la fin de l'année. Un peu avant, le principal concurrent d'Uber, la société Lyft avait révélé qu'elle réduisait ses effectifs de 17% et Airbnb de son côté, va se passer des services de 1.900 employés. Le groupe prévoyait de s'introduire en bourse cette année mais c'est repoussé. 

Même en France, Blablacar déconseille à ses membres de faire du covoiturage en ce moment, son chiffre d'affaire est proche de zéro et l'entreprise a gelé une centaine d'embauches qui étaient prévues. 

Si bien sûr, nous ne nous déplacions plus à cause du confinement, cela vaudra aussi dans une semaine. Qui voudra se retrouver dans une voiture avec un inconnu ou loger dans la maison d'un autre ? Le tourisme mondial a chuté de 20 à 30% sur le premier trimestre, un tiers des hôtels traditionnels pourraient faire faillite dans les prochains mois en France, le trafic aérien s'est effondré de 53% par rapport à mars 2019 et l'activité des taxis est en chute de 75%.

Le modèle de ces plateformes remis en question

En effet, le modèle économique de ces plateformes est un modèle né de la crise notamment de 2008-2009. Depuis le début, la croissance de ces plateformes est liée à des problématiques de pouvoir d'achat. Ce sont des revenus additionnels proposés à des particuliers comme Blablacar ou Airbnb ou bien c'est un moyen de créer son propre emploi face à un chômage élevé comme pour les VTC.

À lire aussi
Un avocat dans un tribunal (illustration) sécurité sociale
Bientôt un congé-maladie pour les indépendants et les libéraux ?

Ainsi, pour que ces modèles fonctionnent il faut une économie qui bouge et qui recherche les économie de coûts, ce qui est impossible en ce moment. Tout ce public s'apprête à souffrir de cette crise car ce sont des indépendants.

La justice californienne vient tout juste de condamner Uber et Lyft a re-qualifier leurs chauffeurs pour en faire des salariés à part entière et le même mouvement a lieu en France en ce moment. Il faudra donc prendre en compte les congés payés, la couverture maladie, l'assurance chômage...

On demande donc à ces entreprises d'assumer leurs responsabilités d'employeurs, ce qui est contre nature pour ces sociétés. Finalement, Uber, Airbnb et autres sont des entreprises jeunes mais elles incarnent terriblement les limites du monde d'avant.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Tourisme VTC
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants