1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Coronavirus : miné par la crise, Heineken va supprimer 8.000 emplois
3 min de lecture

Coronavirus : miné par la crise, Heineken va supprimer 8.000 emplois

La célèbre marque de bières va réduire ses effectifs de 10% pour faire face à la crise économique liée à la pandémie de Covid-19.

Des bouteilles d'Heineken, le 26 janvier 2014. (archives)
Des bouteilles d'Heineken, le 26 janvier 2014. (archives)
Crédit : JESSE GRANT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Coronavirus : miné par la crise, Heineken va supprimer 8.000 emplois
04:08
Coronavirus : miné par la crise, Heineken va supprimer 8.000 emplois
04:07
Martial You - édité par Félix Roudaut

Heineken est frappé de plein fouet par la crise économique liée à la pandémie de nouveau coronavirus. La célèbre marque de bières s'apprête donc à supprimer 8.000 emplois, ce qui correspond à 10% de ses effectifs. Le modèle de géant mondial, qui propose le même produit partout sur la planète, est attaqué. Car la crise de la Covid-19 marque la fin de la mondialisation aseptisée, qui proposait des produits sans saveur et sans personnalité. La planète assiste au déclin du mythe de l'unification des goûts, avec une marge assez faible, mais beaucoup de volume.

Il s'agit en d'autres termes de la fin du modèle "Carlos Ghosn". La Clio constitue l'illustration de cette vision : le patron de Renault-Nissan voulait en effet que le véhicule devienne plus neutre dans son design pour plaire aux Français, mais aussi aux Américains ou aux Asiatiques. La Covid-19 a sans doute stoppé ce modèle de développement. Et le capitalisme n'est pas mort du nouveau coronavirus, mais la mondialisation telle qu'on la connaissait, elle, est alitée.

La fermeture des bars a également pesé lourd dans le résultat de cette année pour Heineken. Tous les brasseurs ont été chamboulés par la pandémie. D'ailleurs, lors de la finale du Super Bowl, Budweiser n'avait pas acheté d'écrans publicitaires, ce qui est rarissime dans l'histoire de l'événement.

La menace des bières artisanales

Les politiques de prévention contre les risques de l'alcool un peu partout dans le monde ont aussi compliqué le développement des brasseurs aux quatre coins de la planète. En 2020, Heineken a vu ses ventes reculer de 17% et accuse une perte de 204 millions d'euros. La marque doit réaliser 2 milliards d'euros d'économies d'ici 2023 et, comme souvent, ce sont les salariés qui paient la dernière tournée. 

À lire aussi

Mais c'est surtout la nouvelle concurrence des acteurs locaux qui marque un tournant dans l'histoire de la consommation de bières. Les grands brasseurs mondiaux sont d'ailleurs en train d'investir dans le rachat des brasseries artisanales, car ils ont compris que la croissance était là. Seule raison de se réjouir pour Heineken : le succès de sa bière sans alcool. La marque essaie de s'adresser à un public plus jeune et va chasser sur les terres des soft-drinks pour élargir son public.

Deuxième brasseur mondial avec 300 marques dans son portefeuille, Heineken est née au milieu du XIXe siècle à Amsterdam et la marque incarne parfaitement l'histoire du capitalisme de ces 150 dernières années. La Desperados ou la Birra Moretti sauvent les meubles pour l'instant, car ce sont des marques moins mondialisées et avec une personnalité, une originalité.

Le plus : Amazon France recrute

Le géant du e-commerce sort renforcé du confinement et va par conséquent recruter deux fois plus de monde que d'habitude en France en 2021. Amazon annonce en effet 3.000 créations de CDI cette année, principalement pour sa logistique et ses entrepôts. Le groupe emploiera à la fin de l'année 14.500 personnes en France.

La note : 19/20 au Super Bowl

La finale du championnat de football américain a généré 545 millions de dollars de recettes publicitaire (5,6 millions d'euros le spot de 30 secondes de pub). Il s'agit d'un record alors qu'il manquait des sponsors historiques comme Coca-Cola et que l'audience a été la plus faible depuis 14 ans.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/