2 min de lecture Transports

Coronavirus : l'État doit "soutenir son transport aérien", plaide le patron de Corsair

INVITÉ RTL - Pascal de Izaguirre exhorte l'État à "ne pas oublier" les compagnies privées, très atteintes par la crise, et qui représentent des "dizaines de milliers d'emplois" en France.

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi
>
Coronavirus : l'Etat doit "soutenir son transport aérien", plaide le patron de Corsair Crédit Image : Leemage via AFP | Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date : La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Félix Roudaut

"C'est un vrai cataclysme". Pascal de Izaguirre, PDG de la compagnie aérienne Corsair, ne cache pas son inquiétude, à l'heure où son secteur subit de plein fouet les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19. "Le transport aérien n'a jamais vécu une telle crise", développe le dirigeant ce mardi 28 avril sur RTL. 

Et pour cause, les avions de sa compagnie, qui emploie 1.200 personnes, sont cloués au sol depuis le 26 mars dernier et ne devraient pas redécoller avant le 12 juin dans le meilleur des cas. Un laps de temps durant lequel Corsair ne génère aucun revenu. Conséquence : la majorité des salariés se trouvent "à 100%" au chômage partiel.

Pascal de Izaguirre alerte également sur le coût de la mise en "hibernation" forcée de ses appareils. "Il faut quand même entretenir la flotte (...) et il y a pas mal de coûts fixes", explique-t-il. Pour faire face, la compagnie va accélérer la mise en vente de ses trois Boeing 747, des appareils qui, de toute façon, ne se trouveront "plus adaptés dans une période post-crise".

L'Etat doit intervenir

Pascal de Izaguirre, PDG de la compagnie aérienne Corsair
Partager la citation

Mais ces ventes ne suffiront pas à maintenir Corsair à flot. "Sans aides de l'État, les compagnies aériennes ne pourront pas s'en sortir (...) il est évident que l'État doit intervenir pour soutenir son transport aérien", assure Pascal de Izaguirre sur RTL. Alors qu'Air France vient de bénéficier d'une aide de l'État historique de 7 milliards d'euros, le dirigeant français appelle la France à ne pas oublier les compagnies privées. "Nous représentons plusieurs dizaines de milliers d'emplois", plaide-t-il.

À lire aussi
Deux wallabys ont perturbé le trafic TER en Vendée lundi 21 septembre faits divers
Vendée : le trafic ferroviaire ralenti par deux wallabys

Une autre question hante le secteur : la crise sanitaire exceptionnelle que traverse le monde aura-t-elle raison des vols low-cost ? Pascal de Izaguirre esquisse un début de réponse. Ce dernier pense que les prix seront encore très bas lors de la reprise car la demande devrait être "très, très" faible. Mais les tarifs devraient remonter dans un second temps, car le low-cost risque de souffrir "considérablement dans le cadre de cette crise". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Transports Coronavirus Compagnie aérienne
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants