3 min de lecture Travail

Coronavirus : d'où vient le dispositif de chômage partiel déployé pendant la crise ?

Dans le monde d’après, pour éviter les licenciements, l’État et l’assurance chômage prendront en charge une partie des salaires. C’est le dispositif du chômage partiel, déployé massivement pendant la crise sanitaire et créé pendant la Première Guerre mondiale.

Micro générique Switch 245x300 La chronique du jour La rédaction de RTL iTunes RSS
>
LE MONDE D'APRÈS - Coronavirus : d'où vient le dispositif de chômage partiel déployé pendant la cris Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Anais Bouissou
Anaïs Bouissou Journaliste RTL

"Moi je suis très fière qu’on ait en France décidé de mettre en place un dispositif de chômage partiel massif, facile rapide, ça a sauvé des centaines de milliers, peut-être des millions d’emplois, c’est une première étape qu’on peut dire avoir réussie". C'est ainsi que Muriel Pénicaud, ex-ministre du Travail, s'est félicitée de la mise en place du chômage partiel pendant la crise du coronavirus. Ce qu’on sait moins, c’est que le principe du chômage partiel date en fait de la Première Guerre mondiale.

Nous sommes en 1918. Le carnage de la Guerre dure déjà depuis 4 ans. La France manque cruellement de matières premières et de charbon. Quand les mines du Nord-Pas-de-Calais ne sont pas détruites, elles approvisionnent l’industrie de guerre et le front. Pour le reste de l’économie, c’est la pénurie. 

"Ce jour-là, le charbon arrivera moins encore… Le problème d’aujourd’hui est là. Des mesures draconiennes sont prises, espérons qu’elles seront provisoires", analyse Jérôme Lepeytre, journaliste spécialisé sur les questions d’emploi et relations sociales pour l'agence de presse AEF.

Les prémices pendant la guerre

Dans ce contexte de guerre, les entreprises souffrent, sont parfois menacées de faillite, et c’est à ce moment-là qu’on trouve trace pour la première fois, du chômage partiel. Au journal officiel du 20 avril 1918. "Déjà à l’époque c’est le même but qu’aujourd’hui. On crée un système de chômage partiel, poursuit Jérôme Lepeytre. Les salariés ne travaillant pas, ils continuent à être dans l’entreprise… L'indemnité ne peut pas dépasser la moitié du salaire. Que l’État aide les entreprises à conserver des salariés, c’est quelque chose de symboliquement très important".

À lire aussi
Une femme fait une réunion par webcam alors qu'elle télétravaille à Nice en mai 2020 pollution
Le télétravail bon ou mauvais pour la planète ?

20 ans plus tard, en avril 1939, 446 caisses municipales et départementales de chômage partiel existent en France, mais son utilisation reste marginale, car moins de 500 salariés sont alors pris en charge. Il faudra attendre 1968 pour que le chômage partiel soit reconnu par les partenaires sociaux comme un dispositif national. "Les pouvoirs publics demandent par écrit aux partenaires sociaux de négocier un accord chômage partiel. Cet accord va servir de base au chômage partiel jusqu’aux années 2010", résume Jérôme Lepeytre.

Les crises économiques, tournants majeurs

Dans les années 70, le prix du pétrole flambe. Dans les pays industrialisés, la croissance s’effondre et le chômage augmente. Pour tenter de limiter la casse, l’outil chômage partiel est alors amélioré. "Jusqu’alors le salarié en chômage partiel recevait un forfait. En 75, on bascule à un système proportionnel. On prend le salaire brut et on divise par deux. C’est plus protecteur pour le salarié, mais ça coûte plus cher pour l’entreprise, parce que l’entreprise aura plus à payer".

L’État continue de financer une partie des salaires versés par les entreprises. Le principe reste le même malgré plusieurs évolutions techniques. La crise de 2008 marque un nouveau tournant pour le chômage partiel. "C’est toujours au moment où il y a une crise que la question du chômage partiel se pose. On ouvre au maximum."

Vers un chômage partiel européen ?

Malgré tout, le chômage partiel ne suffit pas à contenir la crise économique. Le chômage augmente, bien plus qu’en Allemagne citée en exemple à l’époque pour son chômage partiel qui a protégé 480.000 salariés. 

En 2020, le dispositif a été rapidement adapté pour être plus simple et plus généreux.  "Là, cette année les évolutions ont été rapides. Beaucoup de personnes encore en responsabilité se souviennent de ce qui s’était passé il y a 10 ans. On aide nettement plus les entreprises." Dans le monde d’après, les dispositifs français et allemands pourraient être amenés à se rapprocher encore d’avantage. Dans l’idée à terme, de créer un chômage partiel européen.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Travail Coronavirus Chômage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants