1. Accueil
  2. Actu
  3. Economie et Consommation
  4. Congé paternité : un petit Zuckerberg français va devoir montrer la voie

Congé paternité : un petit Zuckerberg français va devoir montrer la voie

REPLAY / ÉDITO - Mark Zuckerberg, le célèbre patron de Facebook, va prendre deux mois de congé de paternité. Sa décision a un retentissement très important aux États-Unis et ailleurs.

Congé paternité : un petit Zuckerberg français va devoir montrer la voie
02:52
Congé paternité : un petit Zuckerberg français va devoir montrer la voie
03:01
Loïc Farge
Journaliste

Le patron-fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, a annoncé son intention de prendre deux mois de congés paternité après la naissance prochaine de son premier enfant. C'est une démarche rarissime aux États-Unis. Ce pays est le seul parmi tous les grands pays industrialisés à ne pas disposer de congés parental obligatoire et payés. En dépouillant les statistiques, on découvre que pas plus de 15% des entreprises américaines offrent un congé parental. Mark Zuckerberg, l’un des hommes les plus riches du monde, a tout loisir de satisfaire ce légitime désir. Sur le terrain, cela concerne quasi-exclusivement les femmes.

Peut-on diriger l’une des plus puissantes sociétés du monde et s’absenter deux mois ? C’est la question que posent les financiers de la Silicon Valley. Comment un homme qui pilote une entreprise de 300 milliards peut-il disparaitre sans conséquence sur l’entreprise ? Réponse : cette absence n’est pas suffisamment significative pour altérer la gestion du groupe.

Double impact positif

En revanche, elle aura un double impact positif. D'abord, ce dossier devient un enjeu national aux États-Unis où le machisme règne encore. Quelques-une des plus célèbres enseignes proposaient  il n’y a pas si longtemps 20.000 dollars de primes à leurs collaboratrices pour qu’elles financent la congélation de leurs ovocytes quand elles travaillaient trop pour avoir un bébé. Facebook comme Apple ou Microsoft a été de celles-là. Ce congé paternité permet de tirer un trait sur cet horrible message.

La décision du "big boss" de Facebook sert aussi les intérêts de son groupe

Christian Menanteau

Le second point, c’est que la décision du "big boss" sert aussi les intérêts de son groupe. Dans la  haute technologie, la compétition pour attirer et retenir les meilleurs talents est rude. Elle s’est engagée sur des salaires copieux. Elle se poursuit désormais sur l’attention à la vie personnelle des collaborateurs. En profitant des premiers regards de son enfant, Zuckerberg replace sa société en haut du tableau des entreprises bienveillantes avec ses salariés.

La France pas si loin de la Silicon Valley

À lire aussi

Est-ce mieux pour nous en France ? Comme souvent sur le papier, il n’y a pas photo. Depuis 2002, nous avons onze jours de congés paternité à prendre durant les quatre premiers mois de l’enfant. Mais dans la vraie vie, à l'exception de nos grandes entreprises, nos chiffres sont aussi raides que ceux de la Silicon Valley : 3,5% seulement des 500.000 bénéficiaires du congé parental étaient l’an dernier des hommes. Il va donc falloir qu’un petit Zuckerberg français monter la voie.

Le bloc-notes

- Carmat, l'inventeur du cœur artificiel, a obtenu l'autorisation de finaliser des essais cliniques.

- Le bâtiment paie le plus lourd tribu à la crise : un tiers des faillites concernent ce secteur.

La note du jour

07/20 à Emmanuel Macron. Le chevalier blanc des jeunes créateurs d'entreprises a laissé prospérer un amendement qui les pénalise très fortement. Le ministre espère rattraper le coup. À suivre.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/