3 min de lecture Industrie

Comment Emmanuel Macron veut accélérer la mutation numérique de la France

Le ministre de l'Économie a dévoilé les grandes lignes de la stratégie numérique de la France dans une interview au "Figaro".

Emmanuel Macron lors du visionnage d'un film en 3D au cours d'une visite d'usine, le 14 novembre 2014 (archives).
Emmanuel Macron lors du visionnage d'un film en 3D au cours d'une visite d'usine, le 14 novembre 2014 (archives). Crédit : FRANCOIS LOPRESTI / AFP
Benjamin Hue
Benjamin Hue
Journaliste RTL

Emmanuel Macron met le turbo sur le numérique. Après avoir annoncé le 19 mai dernier le déblocage de 3,4 milliards d'euros d'investissements publics supplémentaires pour la construction de la "Nouvelle France industrielle", le ministre de l'Économie explique dans un entretien au Figaro, publié mardi 2 juin, comment il compte mener à bien la transformation digitale de l'industrie française. Une stratégie articulée autour de trois grands axes : le développement de l'industrie du futur, l'intensification de la transition numérique et l'émergence de champions français du secteur.

Impulser l'industrie du futur

La France est entrée dans la phase 2 de la French Tech. Après avoir "mis en lumière la culture entrepreneuriale numérique française" à la faveur du label French Tech, une initiative qui vise à favoriser la création de start-up et le développement de talents numériques et a valu à neuf villes françaises d'être estampillées du label, Emmanuel Macron explique qu'il s'agit désormais de trouver des sources de financement pour soutenir "la croissance des sociétés qui décollent". "Le point le plus crucial est de faire travailler ensemble les start-up et les grands groupes établis", indique le ministre, notamment par l'entremise de "la création du Hub de la BPI", afin d'accompagner une dizaine de start-up dans les locaux parisiens de la BPI. 

Le successeur d'Arnaud Montebourg à Bercy explique avoir identifié trois secteurs prioritaires pour l'industrie du futur : "Les objets intelligents, l'économie des données et la confiance numérique. Le gouvernement consacrera 3,4 milliards d'euros pour le financement d'appels à projets dans ces trois priorités et dans six autres domaines dont la médecine, les transports, la ville durable ou l'alimentation intelligente", détaille-t-il auprès du Figaro.

Le ministre de l'Économie revient également sur la coordination entre la stratégie numérique de la France et celle de l'Europe, à travers notamment la création d'un "marché unique du numérique" afin d'établir "une régulation commune du numérique et des standards communs". Avec, à terme, l'ambition de générer "un marché offrant une taille critique" prompte à favoriser l'éclosion de champions européens. L'ancien banquier d'affaires entend notamment faire de la mise en place d'"une régulation et d'une politique concurrentielle unique" une priorité, pour réguler "les plateformes numériques géantes" comme Facebook, Amazon ou Google.

Aller vite dans la transition numérique

À lire aussi
Construction d'un Airbus, Toulouse, France (illustration) Coronavirus France
Coronavirus : à quoi vont servir les 330 millions pour l'aéronautique et l'automobile ?

Emmanuel Macron souhaite aussi intensifier la transition numérique de la France. "La vitesse d'exécution est un point clé de notre stratégie numérique", explique-t-il. Le ministre déroule le fil de ce calendrier accéléré qui doit permettre de "moderniser les règlements, l'économie, les infrastructures et favoriser l'innovation" dans l'Hexagone. "En mai, la Commission européenne a présenté sa stratégie numérique. En juin, le premier ministre présentera la stratégie numérique de la France". Des "mesures favorables aux TPE-PME seront annoncées le 9 juin prochain". 

Puis la loi Macron sur la croissance et l'activité sera adoptée "d'ici à fin juillet", porteuse de "dispositions fortes dans le domaine du numérique" et des mesures seront annoncées pour "favoriser l'accès aux données publiques, en open data, dans des domaines très importants comme l'emploi, la santé ou les transports". Enfin, la secrétaire d'État chargée du Numérique, Axelle Lemaire, "présentera un projet de loi sur le numérique qui complétera le dispositif".

Faire émerger des champions français

Le ministre l'assure, la France "a tout pour faire émerger des champions français. Et c'est maintenant que ça se joue". Pour y parvenir, la stratégie "consiste à nous focaliser sur les besoins des clients et à identifier les acteurs français qui peuvent émerger en y répondant", explique-t-il.

Dans cette perspective, le locataire de Bercy indique avoir identifié des secteurs clés, "comme le cloud computing dans lequel nous disposons d'acteurs privés de premier rang comme OVH, Atos ou Capgemini". Le ministre annonce également l'inauguration le 12 juin de "la cité des objets connectés à Angers", domaine dans lequel il estime que la France "dispose d'une longueur d'avance", à l'instar de l'impression 3D où il suit "le développement d'un champion mondial comme Gorgé".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Industrie Internet Entreprises
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants