1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Bruno Legeron, fleuriste-plumassier : "J'ai appris le métier dans le ventre de ma mère"
1 min de lecture

Bruno Legeron, fleuriste-plumassier : "J'ai appris le métier dans le ventre de ma mère"

REPLAY - Avec ses roses et ses orchidées artificielles, notre artisan parisien poursuit une tradition familiale qui séduire toujours les grands noms de la haute couture.

Bruno Legeron dans son atelier parisien
Bruno Legeron dans son atelier parisien
Crédit : RTL / Armelle Lévy
Bruno Legeron, fleuriste-plumassier : "J'ai appris le métier dans le ventre de ma mère"
03:13
Armelle Levy

Fondée en 1727 à Paris, la maison Legeron compte parmi sa clientèle des noms prestigieux de la haute couture et du prêt-à-porter, comme Dior, Givenchy, Céline ou Louboutin. L'arrière-grand-père de Bruno Legeron l'a reprise en 1880. Bruno est donc la quatrième génération à perpétuer le savoir-faire de sa maison. "J'ai appris dans le ventre de ma mère. Gamin, je traînais dans les ateliers à la sortie de l'école", se souvient-il. "Nous sommes dix ici aujourd'hui, mais du temps de mes grands-parents il y avait peut-être 50 ou 60 personnes", poursuit-il.

"À cette époque, toutes les femmes portaient un chapeau, sur lesquels on mettait des fleurs, des plumes, des oiseaux ou des feuilles. Le métier était beaucoup plus développé. Il y avait sur Paris plusieurs centaines de maisons comme nous. Actuellement, nous sommes beaucoup moins nombreux", explique Bruno. Pour ses clients, venus du monde entier, la maison Legeron réalise toutes sortes de fleurs artisanales, en plumes ou en soie, pour habiller les robes, les chapeaux ou les chaussures des créateurs.
"Les fleurs peuvent être en toute matière : soie, cuir, python, fourrure...", précise-t-il. Pour créer une douzaine de roses en tissu - elles sont magnifiques avec leurs 20 à 30 pétales - il faut entre trois et cinq heures de travail. Il y a plusieurs étapes qui se succèdent : l'apprêtage du tissu ("on le durcit pour lui donner de la tenue"), la teinture (à l'alcool ou à froid), le gaufrage des pétales et enfin l'assemblage. Bruno Legeron a été mis à l'honneur la semaine dernière à l'occasion du Festival international du Film sur les métiers d'art.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/