1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Apple contre FBI : un bras de fer aux lourds enjeux
3 min de lecture

Apple contre FBI : un bras de fer aux lourds enjeux

REPLAY / ÉDITO - La firme Apple refuse de déverrouiller l'iPhone du terroriste responsable de la fusillade de San Bernardino en janvier 2016. Une guerre d'influence s'est installée.

Apple gagne son bras de fer contre la police
Apple gagne son bras de fer contre la police
Crédit : AFP
Apple contre FBI : un bras de fer aux lourds enjeux
00:03:49
Apple contre FBI : un bras de fer aux lourds enjeux
00:03:12
Martial You

Ça commence comme un roman de John Grisham et ça vire à la guerre économique entre géants : Apple contre le FBI. L'enjeu, c'est l'accès à nos données personnelles qui sont présentes dans nos iPhone. L'histoire débute le 2 décembre dernier, à San Bernardino en Californie. Ce jour-là, une fusillade éclate. Deux hommes tuent 14 personnes avant d'être abattus par la police.

Quelques jours plus tard, le FBI requalifie cette fusillade en acte de terrorisme et demande à Apple de lui fournir un code pour déverrouiller l'iPhone 5 d'un des deux tireurs. Et là, surprise. Apple, qui a déjà collaboré à de multiples reprises avec des enquêteurs américains, refuse !

Officiellement au nom de la protection des données. Et en ce sens, la firme à la pomme est soutenue par tous les géants de la Silicon Valley : Facebook, Twitter, Google, Amazon. Et la justice américaine vient de donner raison à Apple. 

Ces grands groupes sont les 1ers à utiliser les informations qu'ils récoltent

Peut-on pour autant se féliciter que les géants du web soient les garants de notre vie privée ? On sait tous que nos boîtes mails peuvent être surveillées en permanence. Et pas uniquement par James Bond ou la NSA. Par les géants du net eux-mêmes.

À lire aussi

Gilles Babinet, représentant de la France sur le numérique à Bruxelles, rappelle dans Les Echos, ce mardi matin, qu'Apple s'est déjà fait dérober des informations sur ses clients chinois sans jamais rien leur dire.

Le député PS, Yann Galut, a déposé un amendement, lundi, pour obliger les géants du numérique à travailler avec la justice faute de quoi on pourrait infliger des amendes allant jusqu'à 1 million d'euros en cas de refus de collaborer. Et il rappelle que ces grands groupes sont les premiers à utiliser les informations qu'ils récoltent pour nous vendre des produits.

Les géants du web vont devenir les maîtres de la sécurité

Tout ça est vrai. Seulement, sans tomber dans la paranoïa complotiste, le FBI a déjà un tel passé d'abus de pouvoir concernant la vie privée qu'on a quand même tendance à vouloir croire Apple. Donc c'est un jeu de poker menteur où personne ne joue vraiment carte sur table.

Ce qui se joue en réalité, c'est la maîtrise des data. Ces informations que nous laissons dans nos mails, sur nos pages Facebook, dans nos recherches sur Google et qui vont se traduire ensuite par des offres commerciales.
C'est d'ailleurs de plus en plus subtil. On estime que le "Data Mining", le croisement de toutes ces informations permet de prédire les changements de nos vies (un divorce, une nouvelle maison...) avant même qu'on le sache nous-même. 

Mais surtout, encore plus colossal et encore plus lucratif pour les géants du web dans les années qui viennent : il vont devenir les maîtres de la sécurité.

Petit à petit, Apple ubérise le FBI.

Petit à petit, les enjeux de sécurité nationale, de protection des populations qui sont actuellement l'apanage des pays basculent vers le numérique et le digital. Le terrorisme n'utilise plus le monde physique, ne respecte plus les frontières. On appelle ça le "Dark Web", un internet parallèle où des hackers font circuler des informations auxquelles nous n'avons pas accès.

Après les attentats en France, ce sont les hackers des "Anonymous" qui ont annoncé qu'ils allaient attaquer Daesh. Et les services de renseignement s'inquiètent beaucoup du fait qu'un de ces Anonymous a visiblement rejoint Daesh. De plus en plus, les remparts à ces menaces sont les géants de la Silicon Valley.

Les attentats tuent dans la vie réelle, on l'a vu, mais ils se préparent dans la virtualité du net. Un espace où les grands pays sont assez démunis. À la différence de Google, Facebook ou Apple. Si j'osais, je dirais que petit à petit, Apple ubérise le FBI.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/