1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Alphabet-Google, plus fort qu'Apple en Bourse
3 min de lecture

Alphabet-Google, plus fort qu'Apple en Bourse

La holding américaine, dynamisée par des résultats encourageants, s'apprête à dépasser son concurrent sur les marchés.

Les locaux de Google (illustration)
Les locaux de Google (illustration)
Crédit : SUSANA BATES / AFP
Michael Ducousso & AFP

La maison mère de Google, Alphabet, s'apprête à remplacer Apple comme première capitalisation boursière mondiale. La conséquence de résultats meilleurs que prévu, prouvant que la solidité du cœur de métier du groupe internet compense largement les pertes liées à ses paris futuristes.

Les deux géants technologiques américains ont clôturé au coude-à-coude lundi 1er février au soir. La valeur totale d'Apple était évaluée à 534,7 milliards de dollars pour 530,1 milliards du côté d'Alphabet. Mais cette dernière pourrait prendre l'ascendant sur la marque à la pomme. En effet, après l'annonce de ses résultats, l'action d'Alphabet a gagné 4% dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall Street, tandis qu'Apple était en légère baisse. Si la tendance se confirme en séance mardi, Alphabet deviendra officiellement plus gros que son rival.

3,6 milliards de dollars de pertes compensés

Pour la firme de Mountain View, cela vient légitimer les choix pris l'an dernier. Google et son coeur de métier (la recherche et la publicité en ligne, mais aussi les activités de vidéo avec YouTube ou mobiles avec Android) sont devenus une filiale de la holding Alphabet en 2015. Le groupe a promis à l'époque que cela créerait un peu plus de transparence sur les conséquences financières des nombreux projets futuristes dans lesquels il s'est lancé : voitures autonomes sans chauffeur, relais-internet embarqués dans des montgolfières ou des drones, compteurs connectés, initiatives dans la santé... Des paris sur le long terme sans garantie de succès mais nécessitant de gros investissements.

Alphabet a chiffré pour la première fois lundi leur manque à gagner : 3,6 milliards de dollars de pertes d'exploitation au total l'an dernier. C'est énorme comparé aux 448 millions de dollars de chiffre d'affaires généré en grande partie par les activités de domotique connectée (Nest), d'internet ultra-rapide par fibre optique ou de santé. Alphabet a en effet commencé à passer des alliances avec des groupes du secteur pharmaceutique, a détaillé la directrice financière, Ruth Porat, lors de la traditionnelle téléconférence explicative avec des analystes. Mais tout cela ne vient pas plomber les finances de la holding qui a enregistré 75 milliards de dollars de chiffre d'affaires l'an dernier.
 
Ainsi, les prises de risques n'ont pas empêché Alphabet dans son ensemble d'augmenter son bénéfice net de 12% sur l'ensemble de l'année, à 15,8 milliards de dollars, et de 5% à 4,9 milliards au quatrième trimestre. 
Le chiffre d'affaires a même augmenté de 14% sur l'année 2015, et de 18% à 21,3 milliards sur les trois derniers mois.

Google et ses milliards d'utilisateurs fidèles

À lire aussi

Ces performances sont dues à "la force importante de la recherche mobile grâce à l'amélioration continue des publicités" et la croissance "d'un taux très significatif" affichée par YouTube, également grâce à la publicité, a relevé Ruth Porat. Le "nouveau Google" a ainsi affiché sur l'ensemble de l'année un bénéfice d'exploitation de 23,4 milliards de dollars (+23%), pour un chiffre d'affaires de 74,5 milliards (+14%). 

Le patron de Google, Sundar Pichai, a annoncé que la messagerie Gmail avait rejoint la liste des services vedettes du groupes comptant plus d'un milliard d'utilisateurs. Le groupe en compte désormais sept au-dessus de ce seuil. Le moteur de recherche Google Search, le service de cartographie Google Maps, le système d'exploitation mobile Android ou le site de vidéo en ligne YouTube font eux aussi partie des fanion de la firme. Pour le PDG de Google, l'objectif désormais est de jouer un rôle majeur dans les avancées liées à l'intelligence artificielle et les services d'informatique dématérialisée dans le cloud. Sur ce dernier point, il va lui falloir monter en puissance pour faire face à Amazon et Microsoft.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/