1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Affaire Volkswagen : la suspicion rejaillit sur les autres diésélistes
2 min de lecture

Affaire Volkswagen : la suspicion rejaillit sur les autres diésélistes

REPLAY - ÉDITO - Après la révélation de tricheries du groupe allemand, une question se pose : tous les constructeurs n'ont-ils pas aussi bidouillé tous leurs tests antipollution sur leurs véhicules diesel ?

François Lenglet
François Lenglet
Crédit : Damien Rigondeaud
Affaire Volkswagen : la suspicion rejaillit sur les autres diésélistes
02:58
Affaire Volkswagen : la suspicion rejaillit sur les autres diésélistes
02:57
François Lenglet & Loïc Farge

L'affaire prend des proportions considérables menace désormais la direction même de Volkswagen, et la réputation d'une firme qui était à la veille de devenir le numéro un mondial de l'auto, avec 10 millions de véhicules vendus par an. Elle est en train de devenir un scandale qui menace tous les constructeurs, et en particulier ceux qui produisent des véhicules diesel. Les Français donc, Renault et Peugeot.

Volkswagen aurait introduit dans les moteurs un dispositif qui améliore artificiellement les résultats aux test antipollution de l'administration américaine. Ce sont les Jetta, les Coccinelle et les Passat, vendues aux États-Unis entre 2009 et aujourd'hui, qui sont concernées. Tous ces véhicules sont désormais interdits à la vente outre-Atlantique. Les quelque 500.000 véhicules qui circulent vont être rappelés. Volkswagen est passible d'une amende de 18 milliards de dollars, de poursuites criminelles et de "class-actions", c'est-à-dire d'actions contentieuses de la part des consommateurs qui demanderont réparation.
C'est un désastre financier, industriel et commercial sans précédent. L'action VW a d'ailleurs chuté de 17% lundi 21 septembre. C'est la plus grosse chute de l'histoire du groupe.

C'est un désastre financier, industriel et commercial sans précédent

François Lenglet

Les constructeurs ont-ils aussi triché avec les test antipollution chez nous ? C'est toute la question. Le gouvernement allemand a sommé le constructeur de prouver qu'il n'avait pas utilisé les mêmes subterfuges en Europe. On attend donc sa réponse. Bien évidemment, la suspicion rejaillit sur les autres diésélistes, les nôtres en particulier, qui ont aussi pris une claque en bourse à cause de cette affaire.

Rien ne prouve qu'ils sont coupables. Mais il y a désormais un doute sur la qualité des tests effectués. Un doute qui intervient alors que les attaques contre le diesel se multiplient, en particulier de la part de la Ville de Paris, qui y voit une source de pollution majeure.

À lire aussi

Chez nous les nouveaux véhicules sont testés par un organisme européen très critiqué pour son laxisme. Récemment, une ONG a constaté que les émissions réelles de dioxyde d'azote étaient sept fois supérieures à celles qu'indiquait le test officiel, effectué non pas dans les conditions de circulation habituelles, mais sur des circuits spécifiques, à vitesse constante, sur onze kilomètres seulement, à température de 25 degrés pour éviter le démarrage à froid, sans climatisation ni phares allumés.

C'est exactement la même chose avec les chiffres de consommation de carburant, sous-estimés d'une proportion qui peut atteindre 30%. Le bon côté de cette affaire, c'est que tout cela va déclencher une opération "mains propres" sur la certification des voitures et l'information du consommateur.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/