2 min de lecture Jérôme Kerviel

Affaire Kerviel : mais qui est vraiment coupable ?

ÉDITO - Faire perdre 5 milliards à son entreprise ne suffirait donc pas à se faire renvoyer : la justice a refusé d'entériner le licenciement de l'ancien trader.

Francois Lenglet ok Lenglet-Co François Lenglet iTunes RSS
>
Affaire Kerviel : mais qui est vraiment coupable ? Crédit Image : AFP / Pierre Verdy | Crédit Média : François Lenglet | Durée : | Date : La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet et Loïc Farge

Huit ans après les faits, voici qu'intervient encore un rebondissement judiciaire de l'affaire Kerviel. Ce petit trader de la Société Générale avait accumulé les opérations financières risquées, jusqu'à faire perdre à sa banque 4,9 milliards d'euros sur les marchés. La banque avait même failli disparaître, en pleine crise des subprimes. Aussitôt que l'affaire a été découverte, Kerviel a évidemment été renvoyé. Et voilà que le tribunal des prud'hommes lui accorde 450.000 euros de "dommages et intérêts", en considérant son licenciement comme "sans cause réelle et sérieuse".

Il faut croire que pour le tribunal 4,9 milliards de pertes, ça n'est pas une cause réelle et sérieuse. Peut-être que cela ne commence qu'à 5 milliards ? Plus sérieusement, les juges s'appuient sur la prescription des faits. Ils considèrent que la banque n'a pas respecté les procédures, parce qu'elle n'a pas notifié à son salarié qu'il prenait des ""risques inconsidérés". Au contraire selon eux, elle s'est semble-t-il très bien arrangé de la spéculation qu'il effectuait sur les fonds propres de l'établissement financier, parce qu'elle en tirait profit.

Controverse judiciaire

Le partage de la responsabilité de cette perte - un record mondial et historique - est au cœur de cette controverse judiciaire. La responsabilité de Kerviel ne fait pas de doute. Mais peut-on croire qu'il est le seul responsable ? Un jugement de 2010 avait conforté cette interprétation, en condamnant le jeune financier à 4,9 milliards d'euros de "dommages et intérêts" au profit de la banque. Une somme aberrante, démesurée, qui n'a pas de commune mesure avec ce que peut payer ou réparer un homme, et qui était de ce fait choquante. Et elle faisait fi du rapport des autorités financières françaises, qui avaient pointé la responsabilité de la hiérarchie de la Société Générale dans l'affaire.

La banque s'est toujours défendue en expliquant que Kerviel avait dissimulé avec beaucoup de soin. Quand bien même cela serait vrai, cela n'exonère pas la banque. D'abord parce que les supérieurs du trader voyaient bien que tout cela rapportait de l'argent dans un premier temps. C'était de leur responsabilité de comprendre comment. Ensuite, quand bien même la banque n'aurait rien vu, c'est aussi de la responsabilité du contrôle interne de s'être fait berner. La meilleure preuve, c'est que toute la hiérarchie de Kerviel a sauté dans les mois qui suivirent, y compris le patron, Daniel Bouton.

Enfin le procès d'un système ?

À lire aussi
Le siège de la Société Générale à La Défense (archives) justice
Affaire Kerviel : la cour d'appel donne raison à la Société générale

Jérôme Kerviel va-t-il devoir payer les 5 milliards à la Société Générale ? Sa culpabilité pénale a été confirmée, mais le montant des dommages a été cassé par la Cour. Ce sera rejugé dans dix jours.

Espérons que nous aurons enfin, à cette occasion, non seulement le procès de la fraude avérée du jeune homme - une fraude qui doit être punie -, mais aussi le procès d'un système, celui d'avant la crise, où les grandes banques pouvaient risquer leurs fonds propres dans des spéculations aventureuses, et mettre en péril l'économie mondiale.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jérôme Kerviel Société Générale Justice
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants