1 min de lecture Police

Violences policières : David Le Bars admet que face à une crise des policiers "craquent"

INVITÉ RTL - Pour David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale française, il faut "former nos forces de l'ordre (...) pour être plus opérationnelles et plus professionnelles".

RTL Soir On Refait le monde - Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Violences policières : David Le Bars admet que face à une crise des policiers "craquent" Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
RTL Soir On Refait le monde - Sotto
Thomas Sotto édité par Bastien Hauguel

Vendredi 14 janvier, Emmanuel Macron a demandé des "propositions claires pour améliorer la déontologie" parmi les forces de l'ordre. Pour David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale française, il faut "rapidement des situations qui permettent de former nos forces de l'ordre et leur laisser du temps une fois qu'on aura une baisse d'intensité de la crise, pour être plus opérationnelles et plus professionnelles". Le dirigeant syndical n'hésite pas à rappeler que trop de policiers sont envoyés sur le terrain sans être suffisamment formés, même si "ce n'était pas la vocation première".

Le début de l'année a été marqué par des images de violences commises par les représentants de l'ordre. Des images "choquantes" pour David Le Bars. "C'est toute la police qui en fait les frais (...) Il faut que chacun reconnaisse, même si c'est minoritaire, qu'il existe des gestes illégitimes qui doivent être sanctionnés". Le secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale française reconnaît qu'il est possible, "quand on fait face à une crise intense", "qu'il y ait en fin de journée des policiers qui craquent".

David Le Bars rappelle également "qu'il y a eu des consignes d'extrême fermeté et des choix politiques d'aller au contact". "Il faut avoir cette lucidité de refuser parfois ce contact, de garder une distance par rapport à certaines foules qui ne cherchent que ça. C'est une question de dosage, et c'est pour cela qu'il faut faire appel à des professionnels du maintien de l'ordre", conclut le dirigeant syndicaliste.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police Violences Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants