1 min de lecture Pollution

Vignettes antipollution : mesurette ou décision efficace ?

REPLAY - Ségolène Royal a annoncé que six vignettes antipollution seront mises en place dès juillet prochain.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto On refait le monde Thomas Sotto iTunes RSS
>
Vignettes antipollution : mesurette ou décision efficace ? Crédit Image : FRANCK FIFE / AFP | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date : La page de l'émission
Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
Journaliste

La pollution tue plus que les accidents de la route. Chaque année, 48 000 personnes meurent à cause des particules fines, contre 3.500 pour la route. Derrière le tabac et l'alcool, c'est la 3e cause de mortalité en France, selon les chiffres de l'Agence de santé publique. Sur RTL, Nicolas Hulot a expliqué qu'il est urgent d'agir. Ségolène Royal justement a annoncé aujourd'hui la mise en place le 1er juillet des six vignettes antipollution . Alors mesurette ou décision efficace ? Et que peut-on faire pour sauver des vies ?

Gérard Miller, avant d'évoquer les vignettes antipollution s'attarde sur les 48.000 décès, "une violence invisible", selon lui. Il regrette que l'on ne désigne pas les responsables de ce "fléau". "Il y a une criminalité industrielle", estime Gérard Miller qui souligne qu'un "certain nombre de personnes préfèrent le profit à la santé du plus grand nombre". Alain Duhamel regrette l'instauration des vignettes qui sanctionnent les voitures les plus anciennes car cela pénalise "les plus modestes". L'éditorialiste pointe "une inégalité sociale" dans les périodes de pic de pollution, où les voitures les plus anciennes seront interdites de circulation.

Un avis partagé par Clémentine Autain. "Bien sûr que les industriels sont responsables, mais les politiques publiques aussi". Pour la journaliste, les politiques publiques doivent orienter la production. "Or, il y a une déconnexion aujourd'hui qui fait que l'on ne peut pas induire de politiques publiques qui soient offensives". Guillaume Perrault est réticent à parler de "violence". Selon lui si les industriels étaient mis en cause, cela voudrait dire qu'il y a responsabilité pénale. Or, s'il y en avait une, "il y aurait des lois qui interdiraient aux industriels de faire ce qu'ils font", juge Guillaume Perrault.

On refait le monde avec : 
Alain Duhamel, éditorialiste à RTL
Guillaume Perrault, grand reporter au Figaro
Gérard Miller, psychanalyste 
Clémentine Autain, directrice du trimestriel Regards

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Pollution Environnement Ségolène royal
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants