2 min de lecture Société

VIDÉO - Les rixes d'adolescents se multiplient en région parisienne

En banlieue parisienne les rixes sont de plus en plus nombreuses et parfois tragiques, comme le 14 octobre dernier, aux Lilas, en Seine-Saint-Denis, où un jeune de 13 ans est décédé. Les auteurs de ces actes extrêmement violents sont de plus en plus jeunes.

>
Rixes : des adolescents sans limites Crédit Image : Capture vidéo amateur | Crédit Média : M6/André Laxalt/ludovic Samain/Martin Gabriels | Date :
Logo M6info
M6 La rédaction

Sous prétexte d’une querelle autour d’un territoire ou d’un motif futile, les affrontements très violents de groupes de jeunes se multiplient en région parisienne. Le 26 septembre dernier, à Garges-les-Gonesse, dans le Val-d'Oise, Othmane, 17 ans, est roué de coups par une dizaine de jeunes armés de barres de fer et de béquilles. 

Transféré à l'hôpital, sa mère a du mal à le reconnaître. “Il était rempli de sang. On pouvait pas distinguer par exemple les yeux du nez, ils étaient tout gonflés. (...) Il était là au mauvais endroit, au mauvais moment”, raconte-t-elle. Cette rixe dans laquelle ce lycéen sans histoire a failli laisser la vie n'est malheureusement qu'un exemple parmi d’autres. 

En banlieue parisienne, ces bagarres à l’issue parfois tragiques sont de plus en plus nombreuses et ses protagonistes de plus en plus jeunes. Aux Lilas, en Seine-Saint-Denis, le 14 octobre dernier, Aboubakar, 13 ans meurt à la suite d’une rixe entre deux bandes rivales.

L'adolescent à la santé fragile, fait un premier malaise, avant de s'effondrer au sol, victime d'un œdème pulmonaire. Placé dans un coma artificiel, il décède le lendemain à l'hôpital. L'enquête doit encore déterminer s'il a été victime de coups.

Une guerre de territoire

À lire aussi
Le tatouage est-il addictif ? société
Le tatouage est-il addictif ?

Le quartier où Aboubakar a trouvé la mort est situé à la frontière de trois communes : Les Lilas, Romainville et Bagnolet. Un secteur devenu le théâtre d'une guerre de territoire que les riverains ne supportent plus. “Les rixes c'est quelque chose qui se passe toutes les semaines”, témoigne ce boucher.  “Ca va faire trois ans que ça dure (...) Lilas et Romainville, c’est toujours la bagarre. (...) On les voit avec des bâtons, armés et tout. Nous, on n’est pas en sécurité par rapport à ces jeunes”, raconte anonymement cette autre commerçante du quartier. 

Ces rixes entre adolescents, le nouveau ministre de l'Intérieur en a fait la raison de son premier déplacement. A peine nommé, le 16 octobre, Christophe Castaner s’est rendu aux Lilas. "Un jeune homme est mort et c'est insupportable", a-t-il déclaré. Pour lutter contre ces violences, la préfecture de police de Paris vient de mettre en place une brigade spécialisée. En 2018, rien qu'en Seine-Saint-Denis, les rixes entre bandes rivales ont augmenté de 30%.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Le Mag 12.45 M6info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants