2 min de lecture Laurent GERRA

La chronique de Laurent Gerra du mercredi 30 octobre 2019

Ce mercredi, Laurent Gerra a imité, Jean-Michel Aphatie, Jane Birkin, le pape François, François Lenglet, Patrick Sébastien, Jean Lassalle et Alain Finkielkraut.

Laurent Gerra - Laurent Gerra Laurent Gerra iTunes RSS
>
Laurent Gerra du 30 octobre 2019 Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Laurent Gerra
Laurent Gerra édité par Noé Blouin

Le feuilleton du Brexit se poursuit inlassablement et il est de plus en plus difficile de s'y retrouver. Notre ami Jean-Michel Aphatie a décidé de nous éclairer sur la question. Pour ce faire, il a invité une ressortissante britannique bien connue des Français : Jane Birkin. Pour la chanteuse, le Brexit c'est comme un plat gastronomique peu ragoûtant, "tu mets n'importe quoi dedans : de la vache folle, du haricot rouge, du ketchup, du raisin sèche, des pellicules, des crottes de nose ... Et après tu essayes de le faire bouffer à la Commission européenne, et tout le monde il trouve ça dégoulasse". Une belle métaphore culinaire.

Le livre de l'auteur italien Giuanluigi Nuzzi inquiète l'Église catholique, on y découvre en effet que le Vatican serait proche de la ruine. Sur le terrain, le constat est effroyable : "mes évêques ne peuvent même plus nourrir leurs femmes et leurs enfants, c'est une catastrophe", s'alarme le pape François, imité par Laurent Gerra. Malheureusement pour lui les solutions pour sortir de la crise ne semblent pas fonctionner. "J'ai essayé de multiplier les biftons mais j'y arrive pas, ça m'énerve", nous dit sa Sainteté.

Heureusement, tel un super-héros, notre expert en économie, François Lenglet, a décidé de venir en aide à l’ordre pontifical, grâce à des conseils bien spécifiques. "Le Vatican est dans le CACA, nous dit-il, le Capital Actif de Cotation Améliorée. C'est-à-dire que le Vatican doit absolument investir l'argent qui lui reste, en étant plus actif sur les marchés". Il s'agit sûrement "d'économie vulgarisée".

Le débat sur la tauromachie fait, encore et toujours, polémique. Pour bien comprendre l'essence de cette tradition, Michel Chevalet nous propose une définition, démonstration à l'appui. "La corrida, c'est un con à paillette, pas très couillu, qui fait chier un taureau avec des piques à brochette", conclue simplement le journaliste.

À lire aussi
Laurent Gerra humour
La chronique de Laurent Gerra du 13 novembre 2019

La grogne des agriculteurs ne cesse de s'intensifier, semaine après semaine, avec une revendication récurrente : halte à l'agribashing. Dans son émission Doigt de réponse, Patrick Sébastien a invité José Bové, Jean Lassalle et Alain Finkielkraut, pour décrypter le malaise des travailleurs de la terre. Pour l'altermondialiste moustachu, l'agribashing est comparable à de la "stigmatisation". Un terme qui énerve Alain Finkielkraut : "je confesse en effet, une légère irritation, quand j’entends le mot 'stigmatisation', qui, comme chacun le sait, appartient au vocabulaire victimaire de la gauche islamo-fasciste", déclare-t-il en s'éloignant quelque peu du sujet initial.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Laurent GERRA Humour
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants